Cet article date de plus de cinq ans.

Autriche : le premier discours rassembleur du nouveau président

Les résultats très serrés en faveur du candidat écologiste face à l'extrême-droite autrichienne ont engagé le président élu à un premier discours sobre et rassembleur lundi soir à Vienne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le premier discours à Vienne du président élu Alexander Van der Bellen © MaxPPP)

L'universitaire écologiste, Alexander Van der Bellen, a remporté l'élection présidentielle avec seulement 30.000 voix d’avance sur le candidat d’extrême droite, Norbert Hofert. Le score très serré explique l'absence de tout triomphalisme dans son premier discours. 

A LIRE AUSSI ►►►Présidentielle en Autriche : le candidat écologiste l'emporte face à l'extrême droite

Arrivé sous les applaudissements au palais Schönburg de Vienne, lundi soir, Alexander Van der Bellen y fait ses premiers pas de président élu. Vainqueur avec une infime majorité, l’écologiste de 72 ans ne peut que plaider l’unité de tous les Autrichiens lors d'un discours très sobre de dix minutes. Le gagnant a la victoire modeste. "On a beaucoup parlé des lignes de fracture dans ce pays, avec la gauche et la droite, les villes et la campagne, l’intérieur et l’étranger, mais je trouve que l’on peut considérer que nous sommes tous semblables" déclare-t-il. 

"Ce soir, deux moitiés font l’Autriche et l’une est aussi importante que l’autre."

Le premier discours d'Alexander Van der Bellen : le reportage à Vienne de Ludovic Piedtenu
écouter

Le président élu ajoute qu'il sera "un président au-dessus des partis, pour tous les Autrichiens, pour tous les gens de ce pays". Ce qui inclut les demandeurs d’asile sous-entend le vainqueur écologiste. Un peu plus tard, un flash mob rassemble des centaines de ses jeunes supporters, dans le quartier des musées. "Oui je suis rassurée" dit une jeune fille. "Il est démocrate et pro européen, c’est le plus important" résume-t-elle ajoutant que le plus difficile reste à faire, tout en espérant que Van der Bellen pourra convaincre les 50 % d’Autrichiens qui ont voté à l’extrême-droite. Pour Thomas, un étudiant en langues, le futur président relèvera ce défi politique et il dit sa "confiance". 

Les réactions des partisans d'Alexander Van der Bellen : le reportage à Vienne de Bertrand Gallicher
écouter

En Autriche, l'extrême-droite vise à présent les prochaines élections législatives. Elles sont prévues dans deux ans, ou avant. Tout dépendra de la politique du nouveau président et du nouveau chancelier, le social-démocrate, Christian Kern, au pouvoir depuis quelques jours, peut être la meilleure carte de Van der Bellen face à l’extrême-droite. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.