Cet article date de plus de cinq ans.

Attaques de Bruxelles : "Nous sommes en guerre", répète Manuel Valls

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Attaques de Bruxelles : "Nous sommes en guerre", répète Manuel Valls
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les ministres concernés par la menace terroriste se sont réunis ce matin à l'Élysée autour de François Hollande.

Il est 10h ce mardi 22 mars au matin quand Manuel Valls, Jean-Yves Le Drian et Bernard Cazeneuve rejoignent l'Élysée. Le chef de la diplomatie, Jean-Marc Ayrault est déjà dans le bureau. C'est une réunion d'urgence qui se tient deux heures après les explosions qui se sont produites à l'aéroport de Zaventem et dans la station de métro de Maelbeek. En France, la menace est toujours qualifiée d’extrêmement élevée. "Ce matin, dès les attaques de Bruxelles connues, j'ai décidé de déployer 1 600 policiers et gendarmes supplémentaires en différents points du territoire. À la fois sur les contrôles aux frontières, mais également dans les infrastructures de transports aériens, maritimes et ferroviaires", a annoncé Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur.

Réaction de Manuel Valls

400 policiers et gendarmes ont été déployés en Ile-de-France, à Roissy, Orly, dans les gares parisiennes et dans le métro. La France appelle également au renforcement de la lutte antiterroriste en Europe. En fin de matinée, le Premier ministre justifiait cette mobilisation. "Nous sommes en guerre, nous subissons depuis plusieurs mois en Europe des actes de guerre. Face à cette guerre, il faut une mobilisation de tous les instants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentats de Bruxelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.