Un an après l'attentat de Berlin

Critiquée pour son manque d'empathie, la chancelière allemande Angela Merkel a reçu pour la première fois ce lundi 18 décembre 80 victimes et proches de victimes de l'attentat de Berlin. Il y a un an, il avait fait 12 morts et une cinquantaine de blessés.

France 3

L'horreur à Berlin. Le 19 décembre 2016, un camion fonce sur la foule dans un marché de Noël. Le conducteur prend la fuite. Douze personnes sont tuées et une cinquantaine blessée. Le lendemain, Daech revendique l'attaque et la traque s'organise pour retrouver le suspect. L'Allemagne propose 100 000 euros de récompense pour son arrestation. Le 22 décembre, le marché de Noël rouvre.

La police allemande décriée

Le 23, le suspect est abattu à Milan, en Italie. L’auteur présumé serait passé par les Pays-Bas, puis la France. Il avait été repéré plus d'un an auparavant. Pourtant, sa surveillance avait été levée. Les critiques pleuvent sur les services de renseignement allemands. Un an après, l'enquête a démontré que la pire attaque jihadiste en Allemagne aurait pu être évitée. La police criminelle de Berlin a été incapable de pister le terroriste de façon efficace. Il n'y avait aucune surveillance le week-end et les jours fériés.

Le JT
Les autres sujets du JT
La chancelière allemande, Angela Merkel, dépose une fleur, le 20 décembre 2016, au marché de Noël de Berlin (Allemagne), visé la veille par un attentat meurtrier. 
La chancelière allemande, Angela Merkel, dépose une fleur, le 20 décembre 2016, au marché de Noël de Berlin (Allemagne), visé la veille par un attentat meurtrier.  (MAURIZIO GAMBARINI / ANADOLU AGENCY / AFP)