DIRECT. Attentat de Berlin : le danger immédiat est écarté mais la menace demeure, indique Angela Merkel

Contrôlé par une patrouille de police dans une gare de la banlieue de Milan, il a été abattu après avoir sorti une arme et tiré sur un policier. 

Ce qu'il faut savoir

Le ministère de l'Intérieur italien, Marco Minniti, a confirmé la mort de l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, qui a fait 12 morts et 50 blessés lundi soir. L'homme a été abattu par la police dans le nord de l'Italie, a-t-il indiqué en conférence de presse, vendredi 23 décembre. "Cette personne est sans l'ombre d'un doute Anis Amri", a-t-il déclaré.

Un billet de train sur lui. Contrôlé par une patrouille de police dans une gare routière de la banlieue de Milan, le suspect a été abattu après avoir sorti une arme et tiré sur un policier, assurent plusieurs médias italiens. Ils précisent qu'Anis Amri était en possession d'un billet de train Chambéry-Milan via Turin. Cette information a été confirmée par le ministère de l'Intérieur français à France 2. Cela indiquerait que l'auteur présumé de l'attentat de Berlin serait passé par la France. 

Un suspect qui faisait l'objet d'un signalement. Les autorités allemandes le savaient en contact avec des salafistes connus et il circulait dans le pays en utilisant une demi-douzaine d'identités. Anis Amri faisait même l'objet d'un signalement pour sa dangerosité au centre allemand de lutte antiterroriste. Il avait été placé sous surveillance policière pour un possible projet d'attentat, avant que la justice ne classe l'affaire faute d'éléments probants.

"Soulagement" des autorités allemandes. La mort annoncée en Italie de l'auteur présumé de l'attentat au camion-bélier de Berlin est un soulagement pour l'Allemagne, a déclaré le ministère de l'Intérieur. "Nous sommes reconnaissant aux autorités italiennes pour l'échange d'informations étroit et en toute confiance qui a eu lieu dans la matinée", a indiqué de son côté le porte-parole de la diplomatie allemande, Martin Schäfer. "Nous pouvons être soulagés du fait que le danger immédiat est écarté", a déclaré Angela Merkel à Berlin, mais "le danger terroriste dans son ensemble demeure toutefois présent, comme depuis plusieurs années", a ajouté la chancelière.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BERLIN

22h38 : Comme l'un des frères Kouachi, qui avait laissé sa carte d'identité dans une voiture après l'attentat de Charlie Hebdo, Anis Amri a laissé ses papiers d'identité dans le camion-bélier qui a fait 12 morts sur un marché de Noël berlinois. Le fait que des terroristes puissent laisser des documents derrière eux suscite autant de questions légitimes que de théories conspirationnistes. Le Monde revient sur les exemples connus en la matière.

21h36 : De sa course meurtrière à Berlin jusqu'à sa mort cette nuit à Milan, il y a 78 heures de cavale à travers l'Europe. Comment Anis Amri a-t-il pu traverser trois pays et deux frontières ? Est-il passé par la France ? Pour l'instant, aucune certitude. France 2 fait le point sur le parcours de l'auteur de l'attentat de Berlin.


20h08 : Bruno Le Roux a fait un court point de presse sur la mort d'Anis Amri, tué par la police italienne à Milan. Pour le ministre de l'Intérieur, les informations appartiennent à l'enquête, qui est placée sous l'autorité du procureur de Paris concernant l'itinéraire du terroriste entre Berlin et Milan. "J'appelle à la plus grande prudence concernant les informations qui circulent", a-t-il insisté.



(FRANCE TELEVISIONS)

19h42 : Le ministre de l'Intérieur, Bruno Leroux, s'est exprimé brièvement à l'instant. "J'appelle à la plus grande prudence concernant les informations qui circulent actuellement" concernant l'enquête sur l'attentat de Berlin. "Le contrôle aux frontières a été renforcé dès le soir" de l'attentat précise-t-il, en référence aux interrogations sur la cavale d'Anis Amri.

18h56 : Le principal suspect de l'attentat de Berlin semble être passé par la France, et notamment Chambéry, avant d'être abattu par des policiers à Milan, en Italie. Comment a-t-il pu circuler aussi facilement ? Franceinfo fait le point sur sa cavale.

Des policiers italiens devant la dépouille d\'Anis Amri, le vendredi 23 décembre à Milan.
(DANIELE BENNATI / AFP)

18h45 : Selon Europe 1, Anis Amri a pris le train hier entre Lyon Part Dieu et Chambéry, puis le TGV de 17h44 qui est arrivé à 21h50 à Milan. Les enquêteurs ignorent pour l'instant comment l'auteur de l'attentat au camion est passé en France.

18h45 : "J'étais très choqué, comme tous les Tunisiens qui ont entendu la nouvelle, quand la police est venue enlever ma mère, on a tout de suite compris que c'était pour Anis." Les frères d'Anis Amri, l'auteur de l'attentat au camion de Berlin et abattu aujourd'hui par la police à Milan, se sont confiés aux médias. Leur témoignage est à lire ici.

Le père d\'Anis Amri entouré de ses enfants dans la région tunisienne de Kairouan, le 22 décembre 2016.
(FETHI BELAID / AFP)

16h51 : Lors d'un point presse à Berlin vendredi, la chancelière Angela Merkel a annoncé avoir dit au président tunisien, Béji Caïd Essebsi, que son gouvernement voulait accélérer l'expulsion des réfugiés n'ayant pas obtenu le droit d'asile et augmenter globalement le nombre d'expulsés. La séquence est à revoir ci-dessous :


(EVN / FRANCEINFO)

16h36 : L'opposition appelle le gouvernement français à s'expliquer, après l'annonce que le principal suspect de l'attentat de Berlin a pu traverser la France, notamment pour se rendre en train en Italie, où il a été abattu.

15h31 : La vidéo a été mise en ligne par l'agence Amaq, organe de propagande de l'Etat islamique. On y voit l'auteur présumé de l'attaque prêter allégeance à Abu Bakr al Baghdadi.

15h23 : L'assaillant présumé de Berlin avait fait allégeance à l'Etat islamique dans une vidéo.

15h12 : Angela Merkel a également dit avoir appelé le président tunisien. "J'ai évoqué la question de l'expulsion des citoyens tunisiens qui n'ont pas vocation à rester en Allemagne", a-t-elle déclaré, ajoutant qu'elle souhaitait "augmenter le nombre de personnes expulsées".

15h10 : "Qui l'a soutenu ? Qui l'a éventuellement couvert ? Nos enquêteurs continuent de travailler pour mettre au jour les réseaux de complices" d'Anis Amri, a ajouté la chancelière allemande.

15h09 : Lors d'une conférence de presse, la chancelière allemande, Angela Merkel, a salué la "solidarité internationale" après l'attentat de Berlin.

14h43 : Le ministre de l'Intérieur allemand vient de terminer une conférence de presse, quelques heures après l'annonce de la mort à Milan d'Anis Amri, auteur présumé de l'attentat de Berlin. Voici ce qu'il faut en retenir :

• Le ministre a appelé son homologue italien aujourd'hui pour lui faire part de sa "reconnaissance".

• A Milan, Anis Amri a tiré sur les policiers italiens, qui l'ont abattu. Ses empreintes ont été ensuite prélevées et ont permis de savoir qu'il s'agissait bien du suspect de Berlin.

• S'il se dit soulagé par la nouvelle, Thomas de Maizière insiste sur "le niveau de menace" encore élevé en Allemagne.

14h30 : "J'espère que nous pourrons passer Noël de manière pacifique", a également déclaré Thomas de Maizière, qui souligne toutefois que "le succès des recherches ne diminue pas le niveau de menace pour notre pays".

14h28 : "L'enquête se poursuit sous haute pression", tient à préciser Thomas de Maizière. Une enquête qui doit maintenant "mettre a jour différents réseaux de complices pour comprendre le contexte" de cet attentat.

14h27 : "Je suis particulièrement soulagé car ce terroriste n'est plus un danger pour notre pays", a déclaré le ministre de l'Intérieur allemand. Il salue également la "coopération intensive au niveau européen" qui a permis de retrouver le suspect.

14h24 : Anis Amri "a tout de suite ouvert le feu sur la police italienne et il a été abattu. Les autorités italiennes ont d'ores et déjà prélevé les empreintes et ont pu identifier le suspect", explique Thomas de Maizière.

14h23 : "J'ai aujourd'hui échangé avec mon collègue italien", vient de déclarer Thomas de Maizière, ministre de l'Intérieur allemand, lors d'une conférence de presse. "Je lui ai dit que je lui étais très reconnaissant", a-t-il continué. "Je remercie aussi les deux agents de police qui ont travaillé cette nuit là et qui ont fourni un travail exceptionnel."

13h42 : La police italienne a publié une photo du trou qu'a fait une balle d'Anis Amri dans l'uniforme d'un policier. "Il est en train d'être opéré mais ce n'est pas grave", précise la police dans son tweet.

13h37 : "L'un des points cruciaux de l’enquête, décrit le procureur allemand lors d'une conférence de presse, doit mettre en lumière la façon dont [Anis Amri] s'est échappé." Il précise que les enquêteurs cherchent en ce moment à savoir si "un réseau l'a aidé dans sa fuite".

13h30 : Une campagne de financement participatif a été créée pour aider la famille du conducteur polonais retrouvé mort dans le camion de l'attentat de Berlin. Sur le site GoFundMe (en anglais), la campagne, lancée en Angleterre, a déjà réuni plus de 100 000 euros.

13h18 : Bonjour @anonyme, dans cet article, nous vous détaillons le parcours d'Anis Amri de la Tunisie à l'Allemagne.

La dépouille d\'Anis Amri gît à proximité de la gare routière de Milan où il a été abattu par deux policiers italiens.

(DANIELE BENNATI / DPA)

13h14 : Pouvez-vous retracer l'itinéraire du terroriste ?

13h06 : Quels sont les sujets qui vous intéressent aujourd'hui ?

Ce que l'on sait d'Anis Amri, l'auteur présumé de l'attentat de Berlin qui vient d'être abattu à Milan.

• Pourquoi Vladimir Poutine est devenu le "super-héros" de l'extrême droite européenne ?

• Selon un sondage, Emmanuel Macron ferait un meilleur président que François Fillon pour 55% des Français.

12h46 : Voici des images du lieu à Milan, où a été abattu Anis Amri, l'homme suspecté d'être l'auteur de l'attentat à Berlin.

(SKY ITALIA)

11h57 : Un billet de train Chambéry-Turin-Milan a été retrouvé sur l'homme abattu à Milan (Italie), selon des informations de France 2, confirmant celles de médias italiens.

11h47 : Il s'agit du Tunisien Anis Amri, "sans l'ombre d'un doute". L'homme abattu à Milan la nuit dernière est l'homme suspecté d'être l'homme suspecté d'être l'auteur de l'attentat commis à Berlin lundi. C'est que vient de confirmer le ministre de l'Intérieur italien. Voici sa déclaration en vidéo.

(REUTERS)

11h40 : Si cela se confirme est-ce possible qu'il est eu une aide logistique en France ? Ou que la France n'est vraiment pas réussi à le tracer ? Ça pose des questions ...

11h40 : Merci l'Italie ! Quel soulagement et quel réconfort pour nos amis Allemands ! Joyeuses fêtes à toute la rédaction dont j'apprécie les articles.

11h39 : Magnifique, extraordinaire, pathétique. Un terroriste, recherché dans toute l'UE, se balade entre l'Allemagne, la France et l'Italie. trouver l'erreur ou l'horreur ? Je me sens vraiment en sécurité. Ne pas oublier que ce n'est pas le premier.

11h39 : C'est une bonne nouvelle. Mais tout de même il a voyagé avant d'être tué !!!!

11h50 : Vous êtes nombreux dans les commentaires à partager votre soulagement après la mort de l'homme soupçonné d'avoir perpétré l'attentat de Berlin. Mais vous êtes nombreux à vous interroger sur le parcours d'Anis Amri.

11h37 : La mort du principal suspect est un "soulagement", annonce le ministère de l'Intérieur allemand.

11h24 : Avant de s'installer en Allemagne en juillet 2015, Anis Amri avait passé quatre ans en Italie peu après être arrivé de Tunisie sur l'île de Lampedusa en 2011. Il avait été condamné pour avoir mis le feu à une école.

11h21 : Le ministre de l'Intérieur italien n'a pas donné d'information sur le parcours exact du terroriste. Ce sont seulement les médias italiens qui l'évoquent. Une fois de plus, restons prudent et attendons une confirmation officielle.

11h17 : Des médias italiens disent que le suspect est passé par la France.

11h17 : Ça semble confus : il arrivait de France, ou bien partait-il en France ?

11h35 : Le ministre de l'intérieur italien confirme que l'homme a été tué vers 3 heures du matin, lors d'un contrôle de routine. Il a sorti une arme et a été abattu par la police.

(Alessandro Bianchi / REUTERS)