Berlin : ce que l'on sait de la personne arrêtée puis libérée après l'attaque au camion

Le ministère allemand de l'Intérieur a qualifié mardi 20 décembre l'attaque d'"attentat".

Le camion qui a foncé dans la foule présente sur le marché de Noël de la Breitscheidplatz, à Berlin (Allemagne), le 19 décembre 2016.
Le camion qui a foncé dans la foule présente sur le marché de Noël de la Breitscheidplatz, à Berlin (Allemagne), le 19 décembre 2016. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Au lendemain de l'attaque au camion survenue à Berlin, le parquet fédéral allemand annonce, mardi 20 décembre, que le Pakistanais un temps suspecté a été remis en liberté. Arrêté dans la nuit de lundi à mardi, il était jusqu'à maintenant détenu par les autorités allemandes. Présenté dans un premier temps comme l'auteur présumé de l'attentat, il nie toute implication dans l'attaque.

Franceinfo revient sur les principaux éléments connus de son profil.

>> Réactions, enquête... Suivez notre direct après l'attaque à Berlin 

Son implication n'est "pas certaine" 

L'homme interpellé a, jusque-là, nié les faits. "On suppose que cette personne est impliquée dans cette tragédie. Mais cette personne nie son implication. L'enquête se poursuit", a indiqué Thomas de Maizière, ministre de l'Intérieur allemand, lors d'une conférence de presse mardi à la mi-journée.

Quelques minutes plus tard, le procureur fédéral allemand Peter Franck a aussi joué la prudence. "Nous ne savons pas s'il y a eu un ou plusieurs auteurs, a-t-il expliqué. Le suspect arrêté hier soir peut éventuellement ne pas être l'auteur ou un complice de cet attentat." Il a insisté en déclarant que "nous devons partir du principe que la personne interpellée n'est peut-être pas l'auteur de l'attentat". Tout en ajoutant qu'il faudra "attendre quelques jours pour avoir des résultats plus précis de cette enquête". Il a conclu que les autorités restaient "en état d'alerte maximale". 

Même prudence chez le patron de la police berlinoise, Klaus Kandt. Ce dernier a déclaré qu'il n'était "pas certain" que le Pakistanais arrêté soit le chauffeur du camion, suggérant que le véritable auteur de l'attentat pouvait être toujours en fuite.

Un demandeur d'asile pakistanais de 23 ans

Selon le quotidien Bild, l'homme arrêté est un Pakistanais de 23 ans. Le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a confirmé qu'il s'agissait bien d'un demandeur d'asile originaire du Pakistan, sans détail sur son âge. 

Connu des services de police pour des faits de petite délinquance, le suspect serait également un résident du foyer de réfugiés de l'aéroport de Tempelhof, selon des sources policières citées par l'agence Reuters. "Il est enregistré dans nos fichiers mais pas dans les fichiers concernant les personnes susceptibles de commettre un attentat", a précisé Thomas de Maizière. 

Plusieurs médias allemands indiquent qu'il serait entré en Allemagne par la route des Balkans, via Passau, une ville à la frontière autrichienne, selon le groupe audiovisuel Rundfunk Berlin-Brandenburg (RBB). Le ministre de l'Intérieur a indiqué que l'homme interpellé était arrivé sur le territoire allemand le 31 décembre 2015 et qu'il avait rejoint la capitale en février. Selon le journal Der Spiegel, il aurait obtenu un permis de séjour allemand en juin 2016.

Dans son allocution télévisée en fin de matinée, la chancelière allemande, Angela Merkel, avait préféré rester prudente, utilisant le conditionnel.

Il serait particulièrement ignoble s'il était confirmé que cet acte a été perpétré par une personne qui a demandé protection et asile en Allemagne.Angela Merkel

Arrêté après l'alerte d'un témoin 

Selon le quotidien allemand Die Welt, un témoin de l'attaque aurait suivi cet homme alors qu'il s'éloignait de la Breitscheidplatz. En liaison téléphonique avec la police, l'homme a pu indiquer sa position. La police a arrêté l'individu, considéré comme suspect, deux kilomètres plus loin. Une information relayée sur Twitter par le correspondant en Allemagne de RFI. Le Pakistanais a ensuite été "transféré dans la nuit au parquet fédéral à Karlsruhe compétent pour les affaires de terrorisme", précise le journaliste.