Un médecin syrien accusé de "crime contre l'humanité" arrêté en Allemagne

Il lui est notamment reproché d'avoir torturé un détenu dans une prison militaire de Homs, à partir du mois d'octobre 2011.

Les bureaux du parquet fédéral allemand de Karksruhe, en avril 2017.
Les bureaux du parquet fédéral allemand de Karksruhe, en avril 2017. (ULI DECK / DPA / AFP)

Un médecin syrien accusé de "crime contre l'humanité" et de tortures dans une prison du régime de Damas a été interpellé le 19 juin, en Allemagne, où il vivait depuis 2015, a annoncé le parquet fédéral (en allemand), lundi 22 juin. Alaa M. a été arrêté en Hesse sur la base d'un mandat d'arrêt délivré par un juge d'instruction du tribunal fédéral. Placé en détention provisoire, il est accusé d'un "crime contre l'humanité" sur un manifestant, torturé à mort en 2011 dans une geôle des services secrets du régime de Bachar Al-Assad à Homs, précise dans un communiqué le parquet de Karlsruhe, chargé des affaires les plus sensibles.

Alaa M. travaillait comme médecin dans une prison des services secrets militaires où il est soupçonné d'avoir torturé, à partir du 23 octobre 2011, un homme détenu pour avoir participé à une manifestation contre le régime de Damas. Lors de son séjour derrière les barreaux, cet homme avait fait une crise d'épilepsie à "l'issue d'une 'séance de torture'", écrit notamment le parquet fédéral, à la suite de quoi son codétenu avait demandé à un surveillant "d'avertir un médecin". Mais "après son arrivée, l'accusé, qui était présent en tant que médecin, a soudainement frappé A. avec un tuyau en plastique".

Même après sa chute, Alaa M. a continué de battre la victime et lui a donné des coups de pied. Le lendemain, l'état de santé de A. s'est considérablement détérioré.Parquet fédéral de Karlsruhedans un communiqué

L'affaire ne s'arrête pas là. "Après que les codétenus eurent demandé des soins médicaux, l'accusé s'est de nouveau présenté, cette fois accompagné d'un autre médecin de la prison", poursuit le même communiqué. "Tous deux, armés chacun d'un tuyau en plastique, ont ensuite frappé A., affaibli, qui ne pouvait plus marcher tout seul, jusqu'à ce qu'il perde connaissance." La victime a ensuite été "roulée dans une couverture par plusieurs gardes et emmenée" et elle est "décédée par la suite".

Alaa M. avait quitté la Syrie mi-2015 et exerçait le métier de médecin en Allemagne, un pays qu'il avait rejoint comme des centaines de milliers de Syriens. Par ailleurs, deux anciens membres des services de renseignement syriens, dont un ex-haut gradé, sont actuellement jugés devant le tribunal de Coblence (Allemagne). Ils sont jugés pour "crimes contre l'humanité" et "complicité de crimes contre l'humanité" pour plusieurs dizaines de décès dans un centre de détention et des actes de torture sur plusieurs milliers de détenus.