"Le racisme est un poison" : le spectre néonazi inquiète en Allemagne

Le mobile raciste de l'assaillant des fusillades d'Hanau ne fait plus de doute pour le parquet antiterroriste ni pour les autorités allemandes. Une attaque contre des mosquées a été déjouée le 14 février dernier dans le pays.

Ils voulaient créer les conditions d'une guerre civile en Allemagne. Le 14 février, 12 hommes ont été arrêtés dans un coup de filet antiterroriste. Aujourd'hui, les attaques terroristes d'extrême droite inquiètent davantage que la menace islamiste. "Le racisme est un poison, la haine est un poison, ce poison existe dans notre société et il est la cause de tant de crime", a réagi Angela Merkel.

Des loups solitaires

Pourtant depuis vingt ans, le nombre de groupes néonazis est en baisse. Une vingtaine ont été démantelés, interdits ou dissous. 25 000 individus appartiendraient à cette mouvance selon la police et 50 seraient surveillés en permanence. Mais pour les services de renseignement, la mouvance prend une forme plus violente et plus marginale. De plus en plus de loups solitaires verraient le jour, comme un homme qui a ouvert le feu en pleine rue à Halle (Allemagne).

Le JT
Les autres sujets du JT
La police intervient sur le site d\'une fusillade mortelle à Hanau, en Allemagne, le 20 février 2020.
La police intervient sur le site d'une fusillade mortelle à Hanau, en Allemagne, le 20 février 2020. (BORIS ROSSLER / DPA / AFP)