Cet article date de plus de trois ans.

L'Allemagne devient le 14e pays d'Europe à légaliser le mariage pour tous

Après qu'Angela Merkel a abandonné son opposition de principe sous pression de l'opinion, les députés ont adopté l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, après seulement 38 minutes de débats. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des députés allemands célèbrent le vote sur le mariage pour tous au Bundestag, à Berlin (Allemagne), vendredi 30 juin 2017.  (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Angela Merkel a réussi à créer la surprise. Les députés allemands ont adopté, vendredi 30 juin, une proposition de loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe, après que la chancelière Angela Merkel a abandonné son opposition de principe sur cette question. L'Allemagne va ainsi rejoindre les vingt pays occidentaux, dont 13 en Europe, qui ont déjà légalisé le mariage pour tous. 

Le texte, qui établit désormais que "le mariage est conclu à vie par deux personnes de sexe différent ou de même sexe", a été approuvé par une majorité de 393 élus constituée des députés des trois partis de gauche représentés à la chambre basse du Parlement, les sociaux-démocrates, les écologistes et la gauche radicale, rejoints par une partie des députés de la famille conservatrice d'Angela Merkel. Parmi les conservateurs, 226 députés se sont prononcés contre. Selon les médias allemands, la chancelière allemande a elle-même voté contre le projet de loi. 

Le droit à d'adoption compris dans le texte

Berlin avait adopté en 2001 une union civile offrant des droits équivalents au mariage, sauf pour certains avantages fiscaux et en matière d'adoption. La nouvelle loi, qui doit encore être validée par la chambre haute du Parlement pour entrer en vigueur, sans doute d'ici la fin de l'année, va concrètement octroyer aux couples homosexuels le droit d'adoption.

Angela Merkel a elle-même ouvert la voie au vote en annonçant lundi dernier dans une interview qu'elle laisserait à l'avenir les députés de son parti voter librement, sans consigne sur le sujet. Mais alors qu'elle planifiait un vote seulement après les prochaines élections législatives de fin septembre, elle a été prise de vitesse par son partenaire minoritaire de coalition, le parti social-démocrate, qui a imposé un vote quelques jours après en s'alliant avec les deux autres mouvements de gauche de l'opposition représentés au Bundestag.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.