Allemagne : extrême droite et antifascistes se font face dans les rues de Berlin

Plus de 5 000 manifestants de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), ont marché, drapeaux allemands à la main, face à quelque 25 000 personnes réunies pour de bruyantes contre-manifestations.

Des partisans de l\'AfD (à l\'arrière-plan) et des contre-manifestants défilent, le 27 mai 2018, à Berlin.
Des partisans de l'AfD (à l'arrière-plan) et des contre-manifestants défilent, le 27 mai 2018, à Berlin. (KAY NIETFELD / DPA)

L'extrême droite d'un côté, ses détracteurs de l'autre. La capitale allemande a connu une journée sous tension, dimanche 27 mai. Des milliers de manifestants des deux camps se sont mobilisés pour ce face-à-face, sous l'œil de la police, présente en nombre pour prévenir des heurts.

Tout l'après-midi, en plein centre-ville de Berlin, plus de cinq mille manifestants de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) ont marché, drapeaux allemands à la main, face aux quelque 25 000 personnes réunies pour de bruyantes contre-manifestations, selon les estimations de la police.

Défilant de la gare principale à la porte de Brandebourg, les manifestants d'extrême droite ont repris en choeur des slogans hostiles à l'islam et à la chancelière Angela Merkel en raison de sa décision, en 2015, d'accueillir des centaines de milliers de demandeurs d'asile. Vers 16 heures, ils se sont dispersés dans le calme, encadrés de près par les policiers qui craignaient des heurts. Des groupes se disant "antifascistes" avaient en effet promis "sabotage" et "chaos".

Des navires et des boîtes de nuit pour combattre l'AfD

Seuls quelques rares incidents ont été dénombrés. Les forces de l'ordre, qui avaient sur le terrain 2 000 hommes, ont indiqué avoir dû faire usage de gaz irritant à une reprise pour repousser des contre-manifestants. Une poubelle incendiée a également blessé une personne, selon la police.

Les protestataires anti-AfD, en surnombre, ont tenté toute l'après-midi de gêner la manifestation d'extrême droite à l'appel de syndicats, partis, associations et même de boîtes de nuit. Ils ont pu ainsi détourner un temps le cortège de son itinéraire en bloquant un pont. "La propagande nazie n'est pas un droit" ou "tout Berlin est contre l'AfD", scandaient-ils, invectivant aussi par moment leurs adversaires.

Des navires anti-AfD, décorés de banderoles et de ballons se sont aussi joints au rassemblement, alors que des clubs berlinois avaient déployé des haut-parleurs pour tenter de noyer les slogans et les discours de l'Alternative pour l'Allemagne.