Drame de Münster : les autorités allemandes écartent la piste de l'extrême droite

Au lendemain de l'attaque contre une brasserie de Münster, au nord-ouest de l'Allemagne, l'enquête a permis d'identifier l'auteur, un Allemand de 48 ans.

Unis dans la peine. L'émotion des habitants de Münster est vive. Depuis ce matin, ils se succèdent devant la brasserie prise pour cible hier. Des gerbes de fleurs et des bougies ont été déposées, en hommage aux deux victimes fauchées par une camionnette lancée dans la foule : un homme et une femme, tous les deux allemands, de 51 et 65 ans. Le conducteur de la camionnette a été identifié comme Jens R., un Allemand de 48 ans, qui s'est suicidé quelques instants après les faits. L'homme est connu des services de police pour actes de violence et de harcèlement.

La piste privilégiée d'un déséquilibré

Selon les médias allemands, il a déjà tenté de mettre fin à ses jours et annoncé à ses proches son intention de recommencer, de façon spectaculaire. Les enquêteurs privilégient la piste d'un déséquilibré. "À ce stade, rien n'indique que nous ayons à faire à des motivations politiques, ou que l'auteur ait bénéficié de complicités", a déclaré Elke Adomeit, procureur de Münster. Les autorités écartent la piste d'un auteur en lien avec l'extrême droite. Des perquisitions ont été menées dans les quatre appartements du conducteur. Un fusil d'assaut désactivé a été retrouvé. À l'intérieur de la camionnette, les autorités ont découvert des dizaines d'engins pyrotechniques pouvant être utilisés comme des explosifs

Le JT
Les autres sujets du JT
Des pompiers et des policiers sur les lieux du drame, le 7 avril 2018 à Münster (Allemagne).
Des pompiers et des policiers sur les lieux du drame, le 7 avril 2018 à Münster (Allemagne). (DPA / AFP)