Alexeï Navalny, dans un état "stable", peut désormais être transporté, indique l'hôpital d'Omsk

Alexei Navalny se trouve plongé dans un coma artificiel dans cet hôpital de Sibérie occidentale.

Alexei Navalny lors d\'un rassemblement à Moscou, le 29 février 2020.
Alexei Navalny lors d'un rassemblement à Moscou, le 29 février 2020. (SHAMIL ZHUMATOV / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Alexeï Navalny va-t-il quitter la Russie ? L'hôpital russe où a été admis l'opposant a donné, vendredi 21 août, son accord pour son évacuation, estimant que son état était désormais "stable", alors qu'un avion affrété par une ONG allemande attend à l'aéroport d'Omsk. "Nous avons pris la décision de ne pas nous opposer à ce qu'il soit transporté vers un autre hôpital, celui qui nous sera désigné par ses proches", a déclaré aux journalistes Anatoli Kalinitchenko, le directeur adjoint de l'hôpital des urgences n°1 d'Omsk.

 Refus de le transférer. "Le médecin en chef a annoncé que Navalny n'est pas transportable. Son état est instable", a toutefois indiqué plus tôt dans la journée la porte-parole de l'opposant. Ce refus de transférer Alexeï Navalny à l'étranger est une décision "purement médicale", a assuré le Kremlin. Le porte-parole du Kremlin a ajouté que les médecins russes faisaient "tout leur possible pour établir les raisons du malaise du patient et le faire guérir".

 Son épouse en appelle à Poutine. "J'estime qu'Alexeï Navalny a besoin d'une aide médicale qualifiée en Allemagne", a écrit son épouse Ioulia Navalnaïa dans une lettre diffusée sur Twitter, estimant réunies "toutes les possibilités pour le transport immédiat d'Alexeï sous la surveillance de médecins de haut niveau". Un avion médicalisé affrété depuis Berlin par une ONG a rejoint Omsk dans la nuit, avec l'objectif de ramener en Allemagne le militant anticorruption. 

Une faible glycémie. Le médecin-chef de l'hôpital sibérien où est pris en charge Alexeï Navalny, plongé dans le coma après avoir été la cible d'un empoisonnement selon son entourage, a déclaré vendredi que le diagnostic principal était celui d'un problème métabolique résultant d'une faible glycémie. Alexandre Murakhovsky a néanmoins précisé que des traces de substances chimiques industrielles avaient été décelées sur les vêtements et les doigts de l'avocat de 44 ans, hospitalisé depuis jeudi dans un état grave après avoir bu, jeudi matin, un thé que ses proches soupçonnent d'avoir été empoisonné, à l'aéroport de Tomsk, alors qu'il regagnait Moscou depuis la Sibérie.

 Aucune trace de poison. Les médecins qui soignent Alexeï Navalny ont expliqué, vendredi, n'avoir trouvé "aucun poison" dans son organisme"À ce jour, aucun poison n'a été identifié dans le sang et l'urine, il n'y a pas de traces d'une telle présence", a déclaré aux journalistes Anatoli Kalinitchenko, le vice-directeur de l'hôpital des urgences n°1 d'Omsk où l'opposant a été admis. "Nous ne croyons pas qu'il ait souffert d'un empoisonnement", a-t-il ajouté.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NAVALNY

00h01 : Voici les principaux titres de l'actualité :

Des traces d'ADN partiel d'Estelle Mouzin ont été retrouvées sur un matelas au sein de la maison de Ville-sur-Lumes (Ardennes) ayant appartenu à la sœur de Michel Fourniret, a annoncé à France Inter l'avocat de Monique Olivier, Richard Delgenes.

Une "inscription négationniste" a été découverte sur le centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) et une enquête a été ouverte, annonce le maire Patrice Lacroix à franceinfo.


Au total, 4 586 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en France durant les 24 dernières heures (4 771 hier, 3 776 mercredi et 2 238 mardi). Le taux de positivité passe de 3,3% à 3,4% (3,4 tests sur 100 sont positifs), annonce la DGS.


Alexeï Navalny peut être transporté et son état est "stable", annonce l'hôpital russe dans lequel il est actuellement soigné.


La Ligue 1 est de retour mais la première rencontre a été décevante, avec un triste 0-0 entre Bordeaux et Nantes.

21h59 : Diagnostic incertain, tensions diplomatiques, lettre à Vladimir Poutine... Franceinfo vous raconte les 24 dernières heures de bras de fer autour de du transfert médical de l'opposant russe Alexeï Navalny. Ce soir, l'hôpital d'Omsk a annoncé qu'il n'était plus opposé à son transfert à l'étranger.

L\'opposant russe Alexeï Navalny quitte le centre de détention où il était retenu pendant 30 jours, à Moscou, en Russie, le 23 août 2019.


EVGENIA NOVOZHENINA / REUTERS

21h30 : La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) enjoint à Moscou d'autoriser la famille et les médecins d'Alexeï Navalny à lui rendre visite. Saisie quelques heures plus tôt par l'entourage de l'opposant russe, la Cour demande également à la Russie de veiller "sans délai" à ce qu'elle-même, sa femme et ses médecins aient accès à son dossier médical, selon des propos cités par l'AFP.

20h06 : Voici les principaux titres de l'actualité :

Des traces d'ADN partiel d'Estelle Mouzin ont été retrouvées sur un matelas au sein de la maison de Ville-sur-Lumes (Ardennes) ayant appartenu à la soeur de Michel Fourniret, a annoncé à France Inter l'avocat de Monique Olivier, Richard Delgenes.

Au total, 4 586 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en France durant les 24 dernières heures (4 771 hier, 3 776 mercredi et 2 238 mardi). Le taux de positivité passe de 3,3% à 3,4% (3,4 tests sur 100 sont positifs), annonce la DGS.


Alexeï Navalny peut être transporté et son état est "stable", annonce l'hôpital russe dans lequel il est actuellement soigné.


Après des mois de disette, la Ligue 1 reprend ce soir avec une affiche entre Nantes et Bordeaux. A la mi-temps, les deux équipes sont à égalité, mais les Girondins jouent à dix.

18h30 : Kira Iarmich, porte-parole d'Alexeï Navalny, ajoute (en russe) que des "négociations ont débuté" en vue de transférer l'opposant à l'étranger, et que cette hypothèse est désormais ouverte. Elle regrette le délai pour qu'une telle décision soit prise.

18h29 : "Nous avons pris la décision de ne pas nous opposer à ce qu'il soit transporté vers un autre hôpital, celui qui nous sera désigné par ses proches."


L'hôpital russe où a été admis l'opposant Alexeï Navalny a donné son accord pour son évacuation, alors qu'un avion affrété par une ONG allemande attend à l'aéroport d'Omsk. Anatoli Kalinitchenko, le directeur adjoint de l'hôpital des urgences n°1 d'Omsk, précise que l'état de l'opposant politique est "stable".

18h26 : Voici un nouveau point sur l'actualité de ce vendredi :

Michel Fourniret a enlevé et tué Estelle Mouzin, d'après son ex-épouse Monique Olivier. Entendue par la juge d'instruction dans l'affaire de la disparition de la fillette en 2003 en Seine-et-Marne, Monique Olivier a par ailleurs été mise en examen pour "complicité d'enlèvement et séquestration suivis de mort". Un nouvel élément qui fait plus que jamais de Michel Fourniret le suspect numéro 1 dans cette affaire.

L'opposant russe Alexeï Navalny va pouvoir être transporté en Allemagne. Après s'y être refusé toute la journée, l'hôpital de Omsk, où il est soigné, a finalement donné son accord à son transfert, comme le réclament ses proches.

Après la polémique, le préfet de police des Bouches-du-Rhône abroge l'arrêté qui interdisait de porter un maillot du PSG, dimanche, dans le centre de Marseille. Une volte-face en trois actes.


• #CORONAVIRUS "Les mesures individuelles doivent s'appliquer partout et tout le temps" prévient Olivier Véran, constatant que "parfois, les gens se sentent surprotégés par le masque et n'appliquent plus certaines mesures de sécurité". Suivez notre direct.

17h57 : Alexeï Navalny peut être transporté et son état est "stable", annonce l'hôpital russe dans lequel il est actuellement soigné.

16h43 : "L'équipe médicale allemande nous a dit qu'elle était capable et désireuse de transférer Alexeï Navalny à Berlin et que c'était également le souhait de sa famille", déclare la fondation Cinema for peace dans un communiqué. "Les autorités russes disent avoir consulté les médecins allemands et jugent qu'il n'est pas sûr pour lui de voyager. C'est inexact."

16h36 : Les médecins allemands qui ont rendu visite à Alexeï Navalny à Omsk le jugent transportable.

15h40 : La Cour européenne des droits de l'homme annonce avoir été saisie par l'entourage d'Alexeï Navalny afin d'obtenir son transfert en Allemagne.

14h31 : Ces médecins sont venus à Omsk, en Sibérie, par le vol affrété par une ONG en vue de transférer Alexeï Navalny en Allemagne. Dans un premier temps, ils s'étaient vu refuser l'accès au patient. Ils "l'ont obtenu il y a quelques minutes seulement", a annoncé lors d'une conférence de presse à Berlin Leonid Volkov, bras droit d'Alexeï Navalny.

14h25 : Des médecins allemands ont été autorisés à voir Alexeï Navalny à l'hôpital, indique son entourage.

14h05 : Voici un nouveau point sur l'actualité de ce vendredi :

Michel Fourniret a enlevé et tué Estelle Mouzin, d'après son ex-épouse Monique Olivier. Entendue par la juge d'instruction dans l'affaire de la disparition de la fillette en 2003 en Seine-et-Marne, Monique Olivier a par ailleurs été mise en examen pour "complicité d'enlèvement et séquestration suivis de mort".

La femme de l'opposant Alexeï Navalny, toujours hospitalisé en Russie, en appelle à Vladimir Poutine afin qu'il soit transféré en Allemagne. Les médecins de l'hôpital d'Omsk refusent pour le moment son transport.

Le préfet de police abroge l'arrêté qui interdisait de porter un maillot du PSG, dimanche, dans le centre de Marseille.


Les autorités rivales en Libye annoncent un "cessez-le-feu immédiat" et l'organisation prochaine d'élections présidentielles et parlementaires. Une "entente" applaudie par l'ONU.

13h47 : L'épouse d'Alexeï Navalny, Ioulia Navalnaïa, a publié sur le compte Twitter de son mari une lettre demandant à Vladimir Poutine d'autoriser le transfert de l'opposant russe de la Sibérie vers l'Allemagne. Jusqu'à présent, le Kremlin assure que le refus de transfert est une "décision purement médicale".

13h42 : L'épouse d'Alexeï Navalny demande à Vladimir Poutine de permettre son transfert en Allemagne.

13h15 : L'Allemagne est "en contact" avec la Russie pour apporter une réponse au "cas humanitaire urgent" de l'opposant russe Alexeï Navalny, assure le ministère allemand des Affaires étrangères. Berlin estime en outre "compréhensible" que l'entourage d'Alexeï Navalny réclame que ses médecins puissent l'examiner.