Cet article date de plus de quatre ans.

Comment l'Allemagne a adopté le mariage pour tous en à peine quatre jours

Lundi, la chancelière Angela Merkel se disait pour la première fois ouverte à ce que des députés de son parti votent la mesure. Vendredi, le texte était adopté par le Bundestag. En France, le débat parlementaire avait duré près de trois mois.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Deux femmes s'embrassent au Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, à Berlin, après le vote par cette dernière d'une loi autorisant le mariage pour tous, le 30 juin 2017. (FABRIZIO BENSCH / REUTERS)

L'Allemagne est devenue, vendredi 30 juin, le 14e pays d'Europe à légaliser le mariage entre personnes du même sexe, par un vote des députés. Une avancée que personne n'aurait imaginé il y a encore une semaine : la situation restait bloquée jusqu'à ce que la chancelière Angela Merkel, elle-même opposée à cette mesure, affirme être favorable à un vote "de conscience" lors duquel les députés n'auraient pas à suivre la ligne de leur parti. Mais même après cette ouverture de principe, la rapidité de la procédure a surpris et contraste avec la France, où le seul débat parlementaire avait duré près de trois semaines en 2013. Franceinfo refait le film de cette adoption éclair.

Lundi, Angela Merkel ne s'y oppose plus

La chancelière allemande n'a jamais été favorable au mariage pour tous. En 2013, notamment, elle s'y était opposé en exprimant ses craintes pour "le bien des enfants". Mais lundi 26 juin, lors d'une interview organisée dans un théâtre de Berlin avec le magazine féminin Brigitte, elle effectue un revirement surprise. "Je souhaite orienter la discussion dans une direction qui relève de la décision de conscience, plutôt que de vouloir imposer quoi que ce soit", explique-t-elle. Une volte-face qui intervient en pleine campagne pour sa réélection, alors que ses adversaires font du sujet un argument électoral : pour le SPD, son principal rival, le mariage pour tous est une condition à toute nouvelle coalition.

Concrètement, Angela Merkel explique qu'en cas de vote sur la question, les élus conservateurs de la CDU ne seraient pas obligés de voter selon la ligne de leur formation, opposée au mariage pour tous. Selon les observateurs, les voix des députés de la CDU favorables au mariage, additionnées à celle de l'opposition de gauche, rendraient certaine l'adoption du texte. Mais à ce moment-là, la chancelière imagine un vote après les prochaines élections législatives, fin septembre, le temps de négocier avec l'aile droite de son parti et avec la CSU, une formation alliée très traditionnaliste.

Mardi, son rival demande un vote au Parlement

Avec cette déclaration, Angela Merkel entend couper l'herbe sous le pied à son rival, Martin Schultz, leader des sociaux-démocrates du SPD. Mais dès le lendemain, ce dernier reprend la main et s'engouffre dans la brèche ouverte par la chancelière, en demandant un vote des députés dès que possible. Le Bundestag doit suspendre ses travaux pour l'été à la fin de la semaine : le vote est donc une question de jours.

Le SPD prend le risque de faire éclater sa coalition avec la CDU d'Angela Merkel, pris de vitesse par son initiative. Le chef du groupe parlementaire conservateur s'agace et dénonce "une rupture de confiance" : les deux partis avaient conclu un accord de coalition qui ne mentionnait pas cette mesure.

Mercredi, les députés approuvent son organisation

Dès le lendemain, malgré l'opposition de certains élus de la CDU, les députés approuvent en commission l'inscription du texte à l'ordre du jour de la dernière séance plénière du Bundestag avant les vacances, le vendredi qui suit. Le texte de proposition de loi n'a pas eu à être écrit en urgence : il existait déjà, mais restait bloqué par l'opposition du parti d'Angela Merkel.

Cette dernière, à l'origine du revirement de la CDU, déplore la rapidité avec laquelle le vote est organisé, dans une interview au magazine Wirtschaftswoche mercredi : "Nous ne parlons pas ici d'un changement mineur d'une loi mais d'une modification de notre Constitution qui affecte les convictions profondes des gens ainsi que la conception du mariage, pilier de notre société."

Vendredi, le texte est adopté

Quatre jours après l'interview d'Angela Merkel, le texte légalisant le mariage entre personnes du même sexe est adopté à la chambre basse du Parlement allemand, après à peine une heure de débat. 393 élus ont voté en sa faveur : les sociaux-démocrates, les écologistes, la gauche radicale et 84 des 310 députés conservateurs. Angela Merkel, elle, a annoncé avoir voté contre le texte. Concrètement, celui-ci octroiera aux couples homosexuels le droit de se marier, mais aussi d'adopter. Avant d'entrer en vigueur, la nouvelle loi devra cependant être validée par la chambre haute du Parlement, sans doute d'ici la fin de l'année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Allemagne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.