"J'ai toujours espéré que ce mur tombe avant ma mort" : Jamila, fille d'une mère Est-Allemande et d'un père palestinien, aimerait voir un autre mur tomber

Née à Berlin le jour de la chute du mur, Jamila découvre à 18 ans un autre mur, celui dressé entre Israël et les territoires palestiniens, là où son père a grandi.

Le mur de Berlin le 12 novembre 1989.
Le mur de Berlin le 12 novembre 1989. (PIERRE PERRIN / GAMMA-RAPHO)

C'est dans le quartier de Mitte, dans l'hypercentre de Berlin, que Jamila Al Youssef a vu le jour. "C'est l'hôpital de la Charité, dit-elle en pointant un grand bâtiment. "C'est ici que mes parents travaillaient et c'est ici que je suis née le 9 novembre 1989, le jour de la chute du mur de Berlin."

L'hôpital de la Charité se trouvait au pied du mur de Berlin, côté Est. C'est là que Jamila est venue au monde avec dix jours de retard, se souvient Carola, la maman. "Oui, c'est vrai. Elle a attendu l'événement spécial. La famille est arrivée en fin d'après-midi, mon beau-frère Karl-Heinz a commencé par dire que la frontière allait s'ouvrir. Je n'y croyais pas du tout. Mais peu après, alors que ma chambre était au 18e étage et que je pouvais voir le mur depuis ma fenêtre, j'ai aperçu une foule très importante se diriger vers le poste frontière qui était ouvert."

L'enfant de deux murs

Si Carola vient d'Allemagne de l'Est, le papa Moufid Youssef, originaire de Naplouse en Cisjordanie est arrivé à Berlin en 1978 pour étudier la médecine. "Aujourd'hui, je suis socialiste et dans ma jeunesse, avant d'arriver à Berlin, je l'étais encore plus. Donc j'étais très content de venir ici. Mais d'un autre côté, j'ai vu ce que c'était de vivre dans un Etat policier s'il n'y avait pas de liberté de mouvement et d'expression. Il y avait bien sûr la Stasi qui espionnait tout le monde."

De cette union est donc née Jamila, enfant de deux murs, celui de Berlin, qu'elle n'a pas connu, et celui qui sépare Israël des territoires palestiniens, mur qu'elle a découvert en 2008.

Nous avons traversé le checkpoint de Kalandia et je me souviens de ce regard bizarre parce que j'avais un passeport allemand avec un nom arabe et j'ai vu tous ces gens qui étaient contrôlés.Jamilaà franceinfo

"J'ai ressenti un sentiment de colère et aussi un peu de peur. J'ai toujours espéré que ce mur tombe avant ma mort," dit Jamila est devenue une ardente partisane de la paix. Une paix qu'elle chante avec son groupe de musique, Jamila & the other heroes.

Jamila, l'enfant de deux murs. Un reportage à Berlin de Omar Ouahmane.
--'--
--'--

Berlin : franceinfo fait le mur

À l'occasion des 30 ans de la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, franceinfo vous propose une série de reportages, entre souvenirs insolites et immersion dans l'Allemagne d'aujourd'hui.

- "Je me suis dit, ils se sont fait voler leur révolution !" : quand la chute du mur de Berlin laissait les militants communistes pantois

- "Moi, j'ai pleuré devant le mur de Berlin" : il y a 30 ans, des Français partent en Allemagne pour assister à la chute du mur

- "Qui sait me dire quel était le régime politique en RDA ?" : pour ces lycéens berlinois, l'Allemagne d'avant la chute du mur paraît bien loin

- VIDEO. Il a franchi le rideau de fer suspendu à une ligne à haute tension : plus de 30 ans après, Robert raconte son passage à l'Ouest

- "Avant, on était plus chaleureux, le capitalisme nous a rendus froids" : en Roumanie, des habitants restent nostalgiques de l'ère soviétique