DIRECT. Allemagne : heurts à Cologne entre des manifestants d'extrême droite hostiles aux migrants et la police

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans la ville, à l'appel du mouvement islamophobe Pegida. Celui-ci tente de récupérer l'émotion suscitée par les dizaines d'agressions sexuelles commises à Cologne le soir de la Saint-Sylvestre.

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé contre les migrants à Cologne (Allemagne), samedi 9 janvier 2016, à l\'appel du mouvement islamophobe Pegida. 
Plusieurs centaines de manifestants ont défilé contre les migrants à Cologne (Allemagne), samedi 9 janvier 2016, à l'appel du mouvement islamophobe Pegida.  (ROBERTO PFEIL / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Des heurts ont éclaté à Cologne (Allemagne), samedi 9 janvier, entre des manifestants d'extrême droite hostiles aux immigrants et les forces de l'ordre. Après avoir reçu des bouteilles et des tirs de feux d'artifice d'un groupe de manifestants, les policiers ont utilisé du gaz lacrymogène et des canons à eau, pour tenter de disperser les militants.

La manifestation s'est déroulée à l'appel lancé par le mouvement islamophobe Pegida, qui tente de récupérer l'émotion suscitée en Allemagne par les agressions sexuelles, les vols et les viols commis à Cologne le soir de la Saint-Sylvestre. La police fédérale a identifié 32 suspects, dont 22 demandeurs d'asile.

Au total, plusieurs centaines de partisans de l'extrême droite se sont rassemblés aux abords de la cathédrale, certains avec des pancartes "Rapefugees not welcome" ("Les Réfugiés violeurs ne sont pas les bienvenus") et des drapeaux allemands.

A quelques encablures et par-delà d'importants barrages de police, un millier de contre-manifestants se sont regroupés au cri de "Nazis dehors !" et avec des pancartes clamant que "le fascisme n'est pas une opinion, c'est un crime".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COLOGNE

18h32 : Marine Le Pen, patronne du FN, réagit à l'annonce de la police de Cologne, qui annonce le dépôt de 379 plaintes pour agressions sexuelles pour la nuit de la Saint-Sylvestre.

17h59 : Le nombre de plaintes liées aux violence de Cologne dans la nuit du Nouvel An a grimpé à 379 et les suspects sont principalement des "demandeurs d'asile" ou des "immigrés en situation illégale", a indiqué samedi la police locale.

Sur ce total de plaintes, environ 40% ont été déposées pour des agressions sexuelles, a également dit la police. Jusqu'à présent, il était question d'environ 170 plaintes déposées.

17h34 : Le nombre de plaintes concernant les incidents du Nouvel An grimpe à 379. On en était resté à 200 pour agression sexuelle, près de la gare de Cologne, lors de la nuit de la Saint-Sylvestre.

17h31 : Bilan des heurts qui ont suivi une manifestation de Pegida à Cologne : deux personnes ont été blessées lors des échauffourées et la police a procédé à plusieurs interpellations.

17h01 : Quelques chiffres : d'après Der Spiegel, les manifestants de Pegida étaient environ 500, encadrés par 1 700 policiers, qui ont aussi sur les bras 1 300 contre-manifestants d'extrême gauche.

16h58 : La police a utilisé du gaz lacrymogène et des canons à eau pour disperser les manifestants, qui leur avaient jeté des bouteilles et des pétards. Les forces de l'ordre demandent la dispersion de la manifestation.

16h50 : A Cologne, la manifestation du mouvement xénophobe Pegida dégénère.Des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. Le slogan des manifestants, souvent coiffés d'un bonnet avec des lunettes de soleil : "les hooligans contre les salafistes".