Cet article date de plus de dix ans.

40.000 Norvégiens et une comptine contre Anders Breivik

Des dizaines de milliers de Norvégiens se sont réunis, ce jeudi, pour entonner d'une seule voix une chanson détestée par Anders Breivik. La manifestation s'est passée à Oslo, proche du tribunal où l'accusé assiste à son 10ème jour de procès pour les tueries du 22 juillet dernier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"Ensemble, nous allons vivre, chaque frère et chaque soeur, petits enfants de l'arc-en-ciel et d'une terre fertile"

Cette chanson, intitulée "Enfants de l'arc-en-ciel" , Anders Breivik la hait. Selon l'extrêmiste de droite, elle représente un "lavage de cerveau des écoliers norvégiens" et son auteur est un "très bon exemple de marxiste" . Ces propos tenus la semaine dernière, pendant son procès, ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. 

Côté rue

Ce jeudi après-midi, Lillebjoern Nilsen, l'auteur, a poussé la chansonnette, guitare à la main et en bonne compagnie. 40.000 Norvégiens se sont rassemblés devant le chanteur, sur une place de la capitale norvégienne Oslo, à quelques centaines de mètres du tribunal où Breivik est jugé.

Un pied-de-nez chanté et entonné par des enfants, des personnes âgées, des anonymes et même des ministres nordiques. La mobilisation, diffusée sur Facebook, est à l'initiative de deux Norvégiennes, bien déterminées à "se réapproprier la chanson" .

Côté cour

Pendant le rassemblement, le procès d'Anders Breivik continue. Ce jeudi, les rescapés de la bombe qui a explosé dans le quartier des ministères, témoignent. Parmi eux, une jeune femme de 24 ans, réceptionniste. Elle explique aux juges ses pertes de mémoire depuis le drame. Par exemple, elle ne se souvient plus de ses trois années d'études politiques et reprend aujourd'hui un apprentissage au niveau du collège.
Un employé du ministère de la Justice, 67 ans, décrit ses sensations au moment de l'explosion de la bombe. C'était comme si son "visage s'était détaché de la tête" . Il a perdu 80% de son acuité visuelle. 

Anders Breivik, 33 ans, jugé pour la mort 77 personnes dont 8 tuées par la bombe, est resté de marbre pendant ces témoignages, regardant droit devant lui. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.