Cet article date de plus de neuf ans.

Espionnage américain : même le Vatican serait sur écoute

Selon l'hebdomadaire italien "Panorama", les 46 millions d'appels téléphoniques interceptés par les renseignements américains en Italie incluent ceux du Saint-Siège.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le pape François lors d'une audience privée au Vatican (Italie), le 25 octobre 2013. (MAX ROSSI / AFP)

Les voies du Seigneur sont impénétrables, mais pas les conversations du pape. L'hebdomadaire italien Panorama révèle, mercredi 30 octobre, que les écoutes téléphoniques américaines auraient même visé le Vatican. Des informations que l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) a nié mercredi soir.

Sur les 46 millions d'appels interceptés en Italie par l'Agence nationale de la sécurité des Etats-Unis, "il y aurait également ceux de et vers le Vatican", écrit le journal. "On craint que la 'grande oreille' américaine n'ait continué à capter les conversations des prélats jusqu'au début du conclave" (le 12 mars), qui a abouti à l'élection du pape François. "Y compris les appels de et vers la résidence romaine où habitaient" le nouveau pape "et d'autres prélats", poursuit l'hebdomadaire. Le souverain pontife "était déjà depuis 2005 l'objet de l'attention des services secrets américains, selon les rapports de WikiLeaks", rappelle Panorama.

"Nous n'avons aucune information à ce sujet et de toute façon nous n'avons aucune inquiétude", a réagi le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi. Les Etats-Unis ont catégoriquement rejeté les accusations d'espionnage des communications téléphoniques en Europe, affirmant que ces données leur avaient été fournies par des agences de renseignement européennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espionnage américain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.