Cet article date de plus de sept ans.

Espionnage américain : le "Washington Post" accuse à nouveau la NSA

Le quotidien explique comment les renseignements américains ont récupéré les données d'utilisateurs de Google et Yahoo!.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les moteurs de recherche Google et Yahoo! sur un écran d'ordinateur, le 30 juillet 2009. (RICHARD B. LEVINE / NEWSCOM / SIPA)

Les données de centaines de millions d'utilisateurs de Google et Yahoo! ont-elles été interceptées par l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) ? C'est ce que révèle le Washington Post (en anglais), mercredi 30 octobre. Le quotidien américain avait déjà affirmé, début juin, que neuf entreprises, dont Apple, Google, Facebook et Yahoo! avaient fourni aux services secrets américains un "accès direct" à leurs serveurs.

Cette fois, le Washington Post évoque un programme baptisé Muscular, opéré conjointement avec l'homologue britannique de la NSA. Il permettrait aux deux agences de renseignement de récupérer des données depuis les fibres optiques utilisées par les géants du net. Le quotidien affirme avoir consulté des documents obtenus auprès de l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden.

La NSA agirait en dehors des Etats-Unis pour "plus de latitude"

Cette surveillance aurait lieu en dehors des Etats-Unis, grâce à un fournisseur d'accès télécom dont le nom n'a pas été révélé. Ce qui permettrait à la NSA d'avoir plus de latitude que dans son pays, où la justice doit être saisie pour entreprendre de telles actions, rappelle le quotidien.

Yahoo! et Google assurent toutefois au journal n'avoir jamais autorisé un tel accès à leurs données utilisateurs. "En juin, il y avait déjà eu cette allégation selon laquelle la NSA s'introduisait dans les serveurs de Yahoo! et Google, mais c'est faux", a démenti le chef de la NSA, le général Keith Alexander, interrogé mercredi lors d'une conférence à Washington (Etats-Unis).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.