Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Les douaniers nostalgiques de la frontière franco-espagnole

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Avenue de l'Europe. Les douaniers nostalgiques de l'ouverture de la frontière franco-espagnole
Avenue de l'Europe/France 3

L'ouverture de la frontière franco-espagnole en 1993, ils ne s'en remettent pas. Guy et Jean-Jacques, anciens douaniers meurtris, se sont confiés à "Avenue de l'Europe". Extrait.

"Tu te rappelles, quand il y avait la barrière, là ?" dit-il en désignant un espace derrière la Bidassoa, fleuve-frontière naturelle entre la France et l'Espagne. Ces deux anciens douaniers qu'a rencontrés François Badaire pour "Avenue de l'Europe" ont passé leur vie (trente-sept ans) à garder la frontière franco-espagnole. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, dimanches et jours fériés compris. Ils reviennent encore chaque matin prendre un café au bar de la Frontière, en évoquant les accords de Schengen.

"Un coup terrible au moral"

Guy et Jean-Jacques ont connu la dictature de Franco, quand la "libre circulation des personnes" était inimaginable du côté des autorités espagnoles. "1993 [l’ouverture des frontières], ça n'a pas été un grand cru pour nous, les douaniers, confie Jean-Jacques. D'ailleurs, on a eu très peur." Encore aujourd'hui, le retraité reste visiblement choqué. "Ce qui nous a fait le plus mal, se rappelle-t-il, c'est quand les bulldozers sont venus pour démolir les bureaux de douane. [...] Un coup terrible au moral."

Extrait de "Europe : le retour des frontières", thème du magazine "Avenue de l'Europe" du 14 septembre 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.