Carles Puigdemont entérine "le droit" à l'indépendance de la Catalogne, mais veut négocier avec Madrid

Le chef du gouvernement central prend la parole au lendemain de l'allocution du président de la Catalogne, lequel a ouvert la porte à la discussion sur la question de l'indépendance de la région. 

avatar
Louis BoyRaphaël GodetIlan CaroFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Mardi 10 octobre, le président séparatiste Carles Puidgemont a signé et aussitôt suspendu une déclaration d'indépendance de la Catalogne, ouvrant la porte à des discussions avec Madrid. 

Une déclaration d'indépendance signée dans la soirée. "Nous constituons la République catalane comme Etat indépendant et souverain, de droit, démocratique et social", lit-on dans le texte signé mardi par les trois partis indépendantistes de la majorité. Plus tôt dans la soirée, Carles Puidgemont avait enteriné "le droit" de la Catalogne à devenir indépendante, lors d'une allocution devant le parlement catalan.

Cette déclaration d'indépendance a été aussitôt suspendue par Carles Puidgemont, qui a appelé "au dialogue" avec Madrid. Cette suspension devrait durer plusieurs semaines, le temps d'entamer des négociations avec le gouvernement central.

Pour Madrid, "Puidgemont ne sait pas où il va". "C'est le discours d'un quelqu'un qui ne sait pas où il est, ni où il va, ni où il veut aller", a déclaré à la presse Soraya Saenz de Santamaria après le discours du président catalan. "Le président Puidgemont a engagé [la Catalogne] dans la plus grande incertitude de son histoire", a ajouté la vice-présidente du gouvernement central.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CATALOGNE

22h48 : La numéro 2 du gouvernement espagnol, Soraya Sáenz de Santamaría, a affirmé dans une déclaration à la presse que personne ne pouvait tirer de conséquences du référendum du 1er octobre puisque celui-ci était illégal. Elle a par ailleurs indiqué qu'un conseil des ministres extraordinaire se réunirait mercredi matin à 9 heures.

22h45 : Le président catalan "ne sait pas où il va", réagit le gouvernement espagnol.

22h19 : Après le discours, la signature officielle. Il y a quelques minutes, le président catalan Carles Puigdemont a signé le document déclarant l'indépendance de la Catalogne et sa suspension.





(ALBERT GEA / REUTERS)

21h17 : Si vous n'avez pas suivi ce live durant les deux dernières heures et que le discours du président catalan vous a échappé, voici dans cet article ce qu'il faut en retenir.



(LLUIS GENE / AFP)

21h11 : Dans les rues de Barcelone, la vraie-fausse déclaration d'indépendance a provoqué une explosion de joie, vite douchée lorsque le président catalan a annoncé qu'il en suspendait les effets pour donner une chance au dialogue avec Madrid. Ces deux photos de l'agence Reuters prises à quelques secondes d'intervalle sont éloquentes.







(IVAN ALVARADO / REUTERS)

20h21 : Le gouvernement espagnol juge "inadmissible" une déclaration implicite d'indépendance.

20h15 : Le discours de Carles Puigdemont semble avoir déçu le parti CUP, une organisation d'extrême-gauche qui fait partie de la coalition indépendantiste au pouvoir en Catalogne. Ses députés n'ont pas applaudi la déclaration et, dans les rues, les jeunes sympathisants de ce parti sont dépités.

19h57 : C'est très habile : cela s'appelle de la real politik, ou tout simplement ménager la chèvre et le chou.

19h56 : Respecter le résultat de la consultation et faire face aux conséquences ou ouvrir un dialogue constructif pour trouver une solution... Le gouvernement catalan aurait peut-être dû y réfléchir à deux fois, il laisse l'impression d'être dépassé par les événements.

19h56 : Tout ce bruit pour si peu! Puigdemont semble reculer devant les conséquences politiques et économiques, rattrapé par un certain réalisme. Mais ne vient-il pas de perdre sa crédibilité auprès d'une grande partie des Catalans ? et de l'étranger ?

19h55 : Vous êtes nombreux à commenter ce discours quelque peu ambigu du président catalan. Voici certains de vos commentaires.

19h49 : Bonsoir @UnPaumé. Rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul. Nous-mêmes, à la rédaction, nous nous faisons des nœuds dans le cerveau en tentant d'interpréter ce discours. Nous avons compris que le président catalan vient de déclarer l'indépendance de la Catalogne, mais en a aussitôt suspendu les effets afin de donner une chance au dialogue avec le pouvoir espagnol.

19h46 : Bonjour,J'ai rien compris au discours: la Catalogne est indépendante ou pas ?

19h42 : Dans la foulée, cependant, Carles Puigdemont, propose au Parlement de suspendre les effets de cette déclaration d'indépendance afin de permettre le dialogue avec Madrid.

19h39 : "Nous ne sommes pas des délinquants, nous ne sommes pas des fous, nous ne sommes pas des puschistes. Nous sommes des personnes normales."

Carles Puigdemont s'adresse, cette fois en castillan, aux Espagnols.

19h27 : Puigdemont ne prend en compte que les événements du premier octobre ( referendum)...et oublie que ce week-end, des catalans et des espagnols se sont aussi exprimé dans les rues.

19h27 : A la base ce referendum est illegal donc la suite n'a pas lieu d'être !

19h26 : Vous êtes nombreux à suivre ce discours et à donner votre avis dans les commentaires... En voici quelques-uns.

19h26 : Cela ne vous surprendra pas, @Anonyme, Carles Puigdemont s'exprime en... catalan.

19h25 : Discours en catalan ou espagnol ?

19h28 : "C'est la première fois dans l'histoire de la démocratie européenne qu'une journée s'est déroulée dans un tel climat de violence. Le monde entier l'a vu et personne n'a aimé ces images."

Pour Carles Puigdemont, "l'objectif était de créer une panique généralisée pour que les gens restent chez eux et renoncent à leur droit de vote".

19h22 : "Ce que je vais vous dire aujourd'hui n'est pas une décision personnelle, c'est la conséquence du référendum du 1er octobre."

Carles Puigdemont affirme avoir beaucoup consulté depuis le référendum. Il revient également sur les conditions "très difficiles" d'organisation de ce vote.

19h35 : "Nous vivons un moment exceptionnel, historique. Ses conséquences et ses effets dépasseront largement notre pays."

Le président catalan s'exprime devant le parlement de la communauté autonome. Il souligne la nécessité de faire baisser la tension qui règne en Catalogne.

19h22 : Carles Puigdemont prend la parole devant le parlement catalan.

19h07 : Carles Puigdemont vient de faire son entrée dans l'hémicycle du parlement. On le voit relire et annoter un texte qui pourrait être le discours qu'il va prononcer dans quelques minutes.



19h03 : Bonjour @Antoine, vous pourrez suivre le discours de Carles Puigdemont en direct sur franceinfo (canal 27 de la TNT) et sur notre site.

19h02 : Allez-vous diffuser l'allocution ?

18h58 : Alors que le gouvernement catalan évoque une tentative de médiation internationale pour expliquer le retard du discours de Carles Puigdemont, des journalistes évoquent des dissensions au sein de la coalition indépendantiste sur la forme et le contenu de ce discours.

18h53 : A Barcelone, dans l'attente du discours du président catalan, les indépendantistes affluent aux abords du Parlement.




18h43 : Une médiation avec Puigdemont n'est "pas envisageable", réagit le gouvernement espagnol.

18h38 : Ces "contacts pour une médiation internationale" sont la cause du report du discours de Carles Puigdemont, selon le gouvernement catalan.

18h36 : Le gouvernement catalan évoque des contacts pour une médiation internationale.

18h15 : Le discours du président catalan, Carles Puigdemont, initialement prévu à 18 heures, est retardé d'une heure.

18h14 : Decalage d une heure du discours de Puigdemont

18h13 : Le discours serait reporté ?

18h06 : En cette fin d'après-midi, voici les principales informations à retenir :


Le président de la région Carles Puigdemont s'exprime devant le parlement catalan à partir de 18 heures. Il pourrait déclarer l'indépendance de manière unilatérale. Vous pouvez suivre son intervention dans notre direct.


Selon la CGT, 400 000 fonctionnaires sont descendus dans la rue en France aujourd'hui. Ils étaient 45 000 à Paris, 26 000, selon la préfecture de police. Vous pouvez suivre notre direct.


La France affronte la Biélorussie, ce soir à 20h45, au Stade de France. Une victoire est indispensable pour assurer la qualification directe pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

17h55 : Carles Puigdemont est arrivé au parlement, a constaté un journaliste de franceinfo.

17h38 :



(MARC DANA / FRANCE TELEVISIONS)

17h32 : Ca approche à Barcelone. Le président du gouvernement catalan doit prendre la parole dans moins d'une demi-heure. En attendant, voici quelques photos prises par les journalistes sur place.

17h15 : Rebelote. Comme le jour du référendum, des agriculteurs ont débarqué dans les rues de Barcelone au volant de leurs tracteurs. Voici quelques images.


(AFPTV)

16h46 : Plus de 1 000 journalistes sont accrédités pour suivre à partir de 18 heures la déclaration de Carles Puigdemont, selon un journaliste de BFMTV.