Catalogne : le bras de fer se poursuit avec Madrid

En direct de Barcelone, en Espagne, le correspondant de France 3, Henry de Laguérie, fait le point sur la situation.

Voir la vidéo
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce soir, jeudi 26 octobre, toujours aucun accord n'a été trouvé avec Madrid. Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, a renoncé à organiser des élections anticipées, qui auraient pu retarder la mise sous tutelle de la région. Il n'a pas non plus annoncé l'indépendance de la Catalogne. Une situation qui a d'ailleurs poussé à la démission un membre du gouvernement catalan qui faisait partie de l'aile modérée. Le Sénat espagnol devrait quant à lui voter demain la perte d'autonomie de la Catalogne.

Plusieurs scénarios

Le correspondant de France 3 Henry de Laguérie reconnaît qu'il existe d'autres scénarios, mais peu probables, si Carles Puigdemont "convoque au dernier moment des élections régionales". "À ce moment-là, on peut imaginer que le Sénat reculerait et ne suspendrait pas l'autonomie de la région", poursuit le journaliste, avant d'avancer un dernier scénario. "Si d'autres élus indépendantistes suivent le chemin de ce ministre qui vient de démissionner, ils n'auraient plus la majorité au Parlement pour voter cette déclaration unilatérale d'indépendance", ajoute Henry de Laguérie. Les indépendantistes ont appelé demain à résister contre la suspension d'autonomie de la région.

Le JT
Les autres sujets du JT
Depuis que le président régional catalan a proclamé au Parlement, ici le 10 octobre 2017, le droit de la région à devenir un Etat indépendant, les relations avec Madrid se sont tendues.
Depuis que le président régional catalan a proclamé au Parlement, ici le 10 octobre 2017, le droit de la région à devenir un Etat indépendant, les relations avec Madrid se sont tendues. (MAXPPP)