Législatives en Espagne : le chef du parti centriste Ciudadanos démissionne après sa défaite aux élections

Albert Rivera a annoncé qu'il quittait la politique, au lendemain de l'effondrement de son parti aux élections législatives.

Le leader de Ciudadanos, Albert Rivera, annonce sa démission, le 11 novembre 2019, à Madrid.
Le leader de Ciudadanos, Albert Rivera, annonce sa démission, le 11 novembre 2019, à Madrid. (OSCAR DEL POZO / AFP)

Albert Rivera jette l'éponge. Le dirigeant du parti centriste libéral Ciudadanos, l'élu a annoncé, lundi 11 novembre, sa démission. Alors qu'il avait 57 députés en avril dernier, les élections législatives qui se sont tenues dimanche en Espagne n'ont rapporté à Ciudadanos que 10 élus.

Il a également annoncé démissionner de son poste de député, et sa volonté de quitter la vie politique. "J'ai voulu assumer toutes les responsabilités à la première personne", a-t-il expliqué. A 39 ans, il était une des principales figures de la vie politique espagnole, depuis l'irruption fracassante en 2015 de son parti Ciudadanos au parlement national.

Il avait pris la tête du parti en 2006

Intransigeant avec les indépendantistes catalans et basques, libéral en économie, cet avocat de formation avait pris la tête de Ciudadanos ("Citoyens") en 2006. Il souhaitait alors combattre l'essor du séparatisme en Catalogne. Il était ensuite arrivé sur la scène politique nationale avec l'objectif affiché de "régénérer" le pays, affecté par la corruption, et d'en finir avec le bipartisme socialistes-conservateurs.

C'est le chef du gouvernement socialiste sortant, Pedro Sanchez, qui a remporté dimanche les quatrièmes élections générales en quatre ans en Espagne. Il est toutefois sorti affaibli de ce scrutin, avec 120 sièges contre 123 en avril. En revanche, le parti d'extrême droite Vox a plus que doublé son nombre de sièges, à 52 sur 350. Il devient ainsi le troisième parti d'Espagne.