Espagne : un sacristain tué et un prêtre blessé dans une attaque à l'arme blanche, annoncent les autorités espagnoles

Une enquête pour des faits présumés de terrorisme a été ouverte, a fait savoir le parquet dans un bref communiqué.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une voiture de police devant une église de la ville d'Algesiras (Espagne) où un homme a été tué à l'arme blanche et un prêtre blessé, le 25 janvier 2023. (AFP)

Un premier bilan des autorités espagnoles fait état d'un mort, un sacristain, et de plusieurs personnes blessées, dont un prêtre. Après 19 heures, mercredi 25 janvier, "un homme est entré dans l'église de San Isidro d'Algésiras et a attaqué le prêtre, armé d'une machette, le blessant grièvement", a déclaré le ministère de l'Intérieur, dans un message à la presse. "Il s'est ensuite rendu à l'église Nuestra Señora de La Palma où il s'en est pris au sacristain, après avoir causé divers dégâts", a ajouté le ministère.

Le sacristain a alors "réussi à sortir de l'église, mais a été rattrapé à l'extérieur par l'assaillant, qui lui a asséné plusieurs blessures mortelles", a poursuivi le ministère, ajoutant que l'assaillant avait été "immobilisé et arrêté" par la police.

La police, qui avait évoqué initialement un bilan de plusieurs blessés, a fait savoir que seul une personne, un prêtre, a été blessée dans l'attaque. Selon une porte-parole des services de secours, il est touché "au cou" et hospitalisé. 

Une enquête ouverte

Une enquête pour des faits présumés de terrorisme a été ouverte, a appris l'AFP auprès du parquet. Cette enquête va être menée par un magistrat de l'Audience nationale, tribunal chargé notamment des affaires de terrorisme, a précisé le parquet, sans donner plus de précisions. 

Le ministère de l'Intérieur a tenu à souligner pour sa part qu'il n'était "pas possible pour le moment de déterminer la nature de l'attaque". L'identité et la nationalité de l'assaillant n'ont pas été communiquées par les autorités.

Le maire d'Algésiras a décrété un jour de deuil et a invité les habitants à se rassembler en signe de "rejet" de cette attaque, jeudi, à midi, devant l'église près de laquelle a été tué le sacristain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espagne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.