Cet article date de plus d'un an.

Espagne : la justice suspend l'exhumation du dictateur Franco

La justice espagnole souhaite se donner le temps d'étudier le dossier sur le fond. Le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez veut exhumer le corps du dictateur de son mausolée pour le déplacer dans un endroit plus discret.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La tombe de Francisco Franco, le 3 juillet 2018, à San Lorenzo de El Escorial, en Espagne. (OSCAR DEL POZO / AFP)

Le corps de Francisco Franco obtient un sursis. La Cour suprême espagnole a décidé, mardi 4 juin, de suspendre à titre conservatoire l'exhumation de la dépouille du dictateur de son mausolée. La décision a été prise pour donner le temps à la justice d'examiner sur le fond le recours de la famille de Franco.

Cette exhumation, prévue lundi prochain par le gouvernement, est au centre d'un bras de fer judiciaire entre le gouvernement socialiste et les descendants du dictateur qui a dirigé l'Espagne d'une main de fer de 1939 à 1975. Francisco Franco est enterré dans un mausolée pharaonique, sur le site d'El Valle de los Caídos, à une cinquantaine de kilomètres de Madrid. La Cour suprême a indiqué dans un communiqué que l'une de ses chambres avait "décidé à l'unanimité de suspendre, à titre conservatoire, l'exhumation des restes de Francisco Franco Bahamonde qui devait avoir lieu le 10 juin".

Pour la plus haute instance judiciaire espagnole, cette suspension a pour but d'éviter le "préjudice" qui pourrait être causé à la famille du dictateur mais aussi à l'Etat si le recours des descendants de Franco était in fine accepté. Ce qui aurait obligé à ramener la dépouille là où elle se trouve actuellement. Le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez veut inhumer Franco dans un lieu plus discret, le cimetière du Pardo, à Madrid.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.