Elections locales en Espagne: Podemos et Cuidadanos en pointe

Dimanche électoral en Espagne, où on vote pour les communes, les régions et les provinces. Des élections qui devraient voir une percée des nouveaux partis: Podemos et Cuidadanos. Les partis d’extrême gauche réunis en une seule liste pourrait même enlever la municipalité de Barcelone.

Le Premier ministre Mariano Rajoy en campagne électorale, le 21 mai 2015 à Valence.
Le Premier ministre Mariano Rajoy en campagne électorale, le 21 mai 2015 à Valence. (AFP/José Jordan)

13 des 17 communautés autonomes renouvellent leur assemblée. Ne votent pas la Galice, le Pays Basque, l’Andalousie et la Catalogne. Les élections concernent également la totalité des 8116 communes.
 
Partout, les observateurs s’attendent à une chute des deux grands partis : PSOE (Parti socialiste) et PP (Parti populaire-droite). Le système bipartite, en place depuis le retour de la démocratie en Espagne, semble vivre ses derniers jours.
 
Le mouvement des indignés a accouché d’un parti politique : Podemos. Gauche de la gauche, à l’image de Tsipras en Grèce, il attire les déçus du socialisme. Donné en tête des intentions de vote en début d’année, il a beaucoup reculé depuis. Mais tout de même, il arriverait en second dans les Asturies et en Aragon et pourrait tenter de gouverner ces provinces.
 
Et surtout aux municipales: Podemos est en tête à Barcelone. Face aux difficultés économiques, les électeurs ont mis de côté les revendications autonomistes et attendent plus de social.
 
Autre nouveau venu qui pourrait brouiller les résultats, le parti de centre droit Ciudadanos. Né en Catalogne pour lutter contre les autonomistes, le parti progresse vite et sera présent dans toutes les régions.