VIDEO. Crash en Espagne : le difficile travail des enquêteurs

Les lieux du crash de l'avion militaire ne sont toujours pas sécurisés, plus de 24 heures après le drame qui a causé la mort de onze personnes, dont neuf françaises. Le point avec France 3. 

FRANCE 3

Les voitures des enquêteurs se sont succédé sur les lieux du drame, à Albacete, en Espagne, ce mardi 27 janvier. La veille, un avion de chasse F-16 de l'armée grecque s'est écrasé, faisant onze victimes. "Pour l'instant, il y a encore beaucoup de kérosène dans la zone du crash. Le nettoyage continue. Tant que nous ne serons pas certains que l'endroit est complètement sûr, l'enlèvement des corps ne pourra pas avoir lieu", explique le capitaine Jose Guerreira, porte-parole de l'armée de l'air espagnole. 

Les raisons du crash toujours inconnues 

Les raisons de ce drame sont encore inconnues. On sait que lundi 26 janvier, à 15h16, l'avion de combat grec décolle avant de virer à droite et de perdre de la puissance. Il s'écrase sur quatre avions de chasse français, les réservoirs remplis de carburant. "Il a frappé le sol violemment, on aurait dit une bombe. J'ai vu les flammes énormes et la colonne de fumée", raconte un témoin.
 
Jean-Yves Le Drian s'est rendu mardi 27 janvier sur les lieux du crash, à la base militaire d'Albacete. "Je suis venu aussi saluer les militaires du détachement, qui étaient ici pour cet exercice de très haut niveau", a déclaré le ministre de la Défense. C'est la première fois de son histoire que l'armée française perd autant de soldats lors d'un entraînement.

Le JT
Les autres sujets du JT