"Des gens ont été projetés en l'air" : à Barcelone, les témoins de l'attaque à la camionnette racontent

Entre choc, inquiétude et attente, des témoins de l'attentat du 17 août racontent ce qu'ils ont vécu. 

Des policiers évacuent des riverains et des touristes après l\'attentat de Barcelone (Espagne), le 17 août 2017.
Des policiers évacuent des riverains et des touristes après l'attentat de Barcelone (Espagne), le 17 août 2017. (PAU BARRENA / AFP)

Jeudi 17 août, fin d'après-midi à Barcelone, en Espagne. Le mercure flirte avec les 30°C, la touristique capitale catalane s'enfonce dans la torpeur estivale. Vers 17 heures, un véhicule déboule sur les Ramblas, la promenade piétonne la plus célèbre de la ville, et fauche plusieurs passants.

>> Réactions et informations à suivre en direct après les attentats en Catalogne

"Toute la rue s'est mise à courir en criant"

"Tout à coup, on a entendu un grand bruit (...) Une camionnette blanche est passée devant moi à grande vitesse", raconte Joan Pere Margalef, un touriste espagnol présent sur les lieux avec des amis. "J'ai entendu un bruit de collision et toute la rue s'est mise à courir en criant", témoigne auprès de la chaîne de télévision Sky News, Amer Anwar, recteur de l'université de Glasgow (Royaume-Uni), qui se trouvait sur place. "Il y a eu comme une mini-bousculade", renchérit Ethan Spibey, un vacancier, sur la même chaîne.

Le véhicule roule pendant 500 mètres, en partie sur le terre-plein central, une zone entièrement piétonne, explique El Pais. Il zigzague "pour causer le plus de dégâts", précise le journal catalan La Vanguardia. Arthur, un Français qui vit dans un appartement sur les Ramblas raconte à franceinfo "avoir entendu un gros fracas" : "J’ai vu des gens à terre et la police qui courait dans tous les sens." 

"J'ai essayé de ranimer un jeune"

"J'ai tout de suite compris qu'il s'agissait d'une attaque terroriste ou d'un truc de ce genre, raconte à la BBC Tom Gueller, qui vit dans une rue adjacente. Il ne ralentissait pas du tout. Il fonçait directement au milieu de la foule et au milieu des Ramblas.Sous la violence du choc, "des gens [sont] projetés en l'air", raconte une touriste à El PaisLe conducteur finit par abandonner son véhicule et s'enfuit à pied, précise le quotidien espagnol. "J'ai vu un homme courir vers le bas des Ramblas, poursuivi par la police", a confié à l'AFP Sergio, un témoin. 

Sur les Ramblas, Albert Tort constate un "véritable désastre". "J'ai compté au moins six morts, j'ai essayé de ranimer un jeune mais c'était impossible", explique ce riverain de 47 ans, infirmier. Certains des blessés ont d'abord été emmenés sur des civières vers un grand magasin de la chaîne Corte Ingles, pour recevoir les premiers soins, selon le correspondant de l'AFP à Barcelone. La police a rapidement évacué la foule de la Rambla et de la place de Catalogne, traversée par la promenade. Les forces de l'ordre ont quadrillé les rues alentours pour tenter de retrouver le conducteur. Les stations de métro et de train du quartier ont été fermées.

"On a interdiction de s'approcher des fenêtres"

De nombreux témoins de l'attaque trouvent refuge dans les magasins, les hôtels et les autres bâtiments à proximité. Derrière eux, les rideaux tombent pour tenter de se protéger. Anita, touriste française venue sur les Ramblas pour faire du shopping avec sa fille, témoigne auprès de franceinfo : "Nous sommes une petite centaine, réfugiés dans un magasin. On est assis, on nous a distribué des bouteilles d'eau. On a interdiction de s'approcher des fenêtres." Eric, touriste français présent sur la Rambla, précise avoir "attrapé ses enfants, sa femme" après avoir "entendu une série de coups de feu claquer et vu une foule de gens qui s'enfuyaient". "On a réagi à l'instinct pour se cacher, on est rentrés dans un restaurant qui fermait ses volets", explique-t-il.

"Nos clients sont nerveux et pleurent, ils ne savent pas où se trouvent certains de leurs proches", se désole auprès de La Vanguardia une employée de l'Hôtel Lloret Rambles, sur la Rambla. Pour tenter de rassurer les inquiets, Facebook et Google ont activé leurs dispositifs de signalement. Petit à petit, les policiers évacuent les riverains. Le bilan finit par être dévoilé peu après 20 heures par le responsable de l'Intérieur du gouvernement régional catalan : au moins 13 personnes sont mortes dans l'attaque, revendiquée dans la soirée par le groupe Etat islamique.