VIDEO. Cet amas de pierres flottantes dans l'océan Pacifique permettra-t-il de renforcer la Grande barrière de corail ?

Ces pierres, si elles arrivaient près de l'Australie, pourraient aider à repeupler la vie marine de la Grande barrière de corail, abîmée par le réchauffement climatique, selon des scientifiques. 

L\'amas de pierres ponces filmé par une navigatrice, le 9 août 2019, dans le Pacifique.
L'amas de pierres ponces filmé par une navigatrice, le 9 août 2019, dans le Pacifique. (YOUTUBE / SHANNON LENZ)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La Grande barrière de corail, très affectée par le changement climatique, pourrait bénéficier d'un coup de main venu du grand large. Un immense amas de pierres ponces de la taille de Manhattan est en train de dériver vers l'Australie, où se trouve cet écosystème unique au monde, rapporte lundi 26 août CNN.

Selon les scientifiques, si ces pierres arrivent bien à rejoindre la Grande barrière de corail, elles pourraient aider à repeupler la vie marine, puisqu'elles abriteraient plusieurs organismes comme des coraux ou des crabes. D'après la Nasa, ces pierres flottantes ont pour la première fois été repérées par des marins le 9 août, quelques jours après l'éruption probable d'un volcan sous-marin près des îles Tonga, d'où elles pourraient provenir.

"C'est un peu un mystère, nous ne savons pas quelle était sa profondeur (...). Nous avions l'impression qu'il y avait d'autres pierres ponces qui apparaissaient des profondeurs de l'eau", a expliqué à CNN une navigatrice. Selon cette dernière, cet amas de pierres devrait atteindre les côtes australiennes d'ici sept à dix mois. 

Scott Bryan, professeur à l'université de Queensland, spécialisé dans la géologie et la géochimie, a indiqué à CNN que ce genre d'événements –des pierres qui se détachent lors d'une éruption volcanique– se produit tous les cinq ans. Si ces pierres devraient avoir un effet positif sur la vie marine de la Grande barrière de corail, elles pourraient aussi introduire de espèces invasives dans la région.