VIDEO. Landes : une opération de libération d'oiseaux protégés tourne à l'affrontement avec des chasseurs

Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux, mène chaque année des actions contre la chasse illicite de l'ortolan, protégé depuis 1999. 

CLAIRE COLNET et JACQUES DUBOZ - FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des membres de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) ont lancé, tôt dans la matinée du jeudi 4 septembre, une opération coup de poing pour empêcher les braconniers landais de chasser les ortolans, ces petits oiseaux protégés, prisés des gourmets.

Les chasseurs avancent l'argument de l'identité culturelle

Des ortolans pris au piège dans des cages ont été libérés par Allain Bougrain-Dubourg, le président de la LPO, qui mène chaque année à cette période des actions contre la chasse illicite de l'ortolan, protégé depuis 1999. Selon la LPO, les autorités encouragent ce braconnage en fermant les yeux : "Il y a une tolérance qui est admise par la préfecture, par les ministères, par le ministère de l'Intérieur, et voilà, on laisse faire", affirme Allain Bougrain-Dubourg devant la caméra de France 2.

Les gendarmes présents lors de la confrontation entre protecteurs des oiseaux et chasseurs n'ont pas constaté l'infraction dénoncée par les premiers. Pour les chasseurs landais rencontrés sur les lieux et qui dressent de nouveaux pièges à oiseaux, il n'est pas question de renoncer à la chasse à l'ortolan, une histoire de "culture et d'identité", assure l'un d'eux.

Le président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg, s\'apprête à remettre en liberté un ortolan prisonnier d\'un piège de braconniers le 30 août 2009 à proximité de Tartas (Landes)
Le président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg, s'apprête à remettre en liberté un ortolan prisonnier d'un piège de braconniers le 30 août 2009 à proximité de Tartas (Landes) (NICOLAS TUCAT / AFP)