Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Climat : "Electrifier une salle de classe en Afrique coûte 1 000 euros"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
13h15 le dimanche : "Électrifier une salle de classe revient à 1 000 euros"
Article rédigé par
France Télévisions

L'école du village est en général le premier lieu d'intervention de l'association Electriciens sans frontières. Une fois le système électrique posé avec les entreprises locales, ses bénévoles forment des jeunes villageois pour sa maintenance. Extrait de "13h15 le dimanche".

Bernard est l'un des mille bénévoles de l'association Electriciens sans frontières qui monte des microprojets en Afrique depuis trente ans. Ces interventions, financées par des donateurs français, ont déjà apporté l'électricité à trois millions d'Africains éloignés des centres urbains. Electrifier une salle de classe coûte 1 000 euros.

L'ancien chaudronnier d'EDF à la retraite commence en général ses installations par l'école. "La pièce maîtresse, c'est le panneau solaire qui permet d'avoir de l'électricité à l'autre bout de la chaîne", explique-t-il, juché sur le toit de l'une d'elles au Burkina Faso, où il conduit deux missions par an pendant un mois.

Une formation pour assurer la maintenance

L'association fait toujours appel aux entreprises locales pour fournir le matériel et réaliser le montage. Bernard fait alors office de contremaître sur ce chantier qu'il a monté. Il fait équipe avec Louis, un ingénieur retraité. L'installation réalisée, les bénévoles forment deux jeunes du village qui seront responsables du système électrique.

A l'aide d'un schéma, chaque étape est expliquée pour que la maintenance soit correctement assurée : "Vous vous sentez en forme pour exploiter cette station de recharge ?" demande Bernard à ceux qui veilleront sur elle. Il leur fait alors signer un document certifiant qu'ils ont travaillé pendant deux jours avec les Electriciens sans frontières : "Bon courage et bonne exploitation de votre installation !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.