VIDEO. 2001-2010, décennie la plus chaude depuis 1881

L'Organisation météorologique mondiale note une accélération du réchauffement climatique et la multiplication des conditions climatiques extrêmes.

F. Maréchal, S. Raymond / France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Printemps frais, mais chaude décennie. Les dix premières années du XXIe siècle ont été les plus chaudes depuis 1881, avec une accélération du réchauffement climatique et la multiplication des conditions climatiques extrêmes, selon un rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Cette vague a fait au total 370 000 morts, en raison de la chaleur (Europe en 2003 et Russie en 2010), des ouragans (Katrina aux Etats-Unis en 2005) et des cyclones (Nargis en Birmanie en 2008). Ce chiffre est en hausse de 20% par rapport à la décennie précédente (1991-2000).

"A l'exception de 2008, chacune des années de la décennie 2001-2010 compte parmi les dix plus chaudes jamais enregistrées, le record étant détenu par 2010", affirme le rapport. Les données disponibles commencent en 1881. "La décennie se classe au deuxième rang des plus arrosées" et "2010 et est l'année la plus pluvieuse enregistrée à l'échelle du globe depuis le début des relevés instrumentaux", note l'OMM.

Pourquoi donc un printemps si frais cette année ? Il "n'est pas en contradiction avec le réchauffement, mais sans doute une manifestation supplémentaire de ce réchauffement, car c'est la conséquence de la fonte des glaces de l'Arctique", selon Michel Jarraud, le secrétaire général de l'OMM. Il faut s'attendre à ce que "les vagues de chaleur deviennent plus fréquentes et intenses sous l'effet des changements climatiques, et nous devons nous y préparer", prévient-il.

(CHINA DAILY / REUTERS)