Une centaine de baleines blanches prisonnières de la banquise en Russie

Plus de cent baleines blanches bélugas sont prisonnières de la glace en mer de Béring dans la région de Tchoukotka (extrême nord-est de la Russie). Les autorités russes vont tenter de les libérer avec un brise-glace.

(Heino Kalis Reuters)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Un groupe de plus de 100 bélugas est coupé de la pleine mer et est prisonnier des glaces en mer de Béring, à une quinzaine de kilomètres au sud du village de Ianrakynnot ", indiquent les autorités régionales.
Le gouverneur de la région demande au ministre des Transports  l’envoi d’un brise-glace pour sauver les cétacés.

Si on ne parvient pas à libérer ces baleines, elles risquent de manquer de nourriture. De plus, l’avancée des glaces réduit les surfaces d’eau ou elles peuvent encore venir respirer.

La baleine béluga est une espèce protégée. Elle vit dans l’Arctique. C'est l'une des trois espèces, avec l'ours polaire et le tigre de l'Amour, faisant l'objet d'un programme de protection spécial dirigé par Vladimir Poutine. Les bélugas sont menacés par les industries pétrolières, la chasse. Selon des experts, leur espace vital est menacé également par le réchauffement climatique.
"La baleine blanche est une espèce-phare ", souligne le professeur Vsevolod Belkovich, spécialiste des baleines. "Tout ce qui les affecte traduit les effets de la pollution et du réchauffement climatique sur l'ensemble de l'écosystème ", estime ce chercheur à l'Institut d'océanologie de l'Académie russe des sciences.

En 1988, trois baleines grises avaient été piégées par la banquise dans l'Alaska. Elles avaient été sauvées gràce à l'intervention des brise-glaces venus d'URSS.