Loire-Atlantique : le projet de surf park fait des vagues

En Loire-Atlantique, un surf park pourrait être construit à 10 km des côtes. Le projet ne fait pas l’unanimité entre investisseurs, habitants et collectifs écologistes.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

80 vagues par heure, 7 jours sur 7. Un bassin de 200 mètres sur 85, comme il en existe déjà dans le Texas, aux Etats-Unis. Près de Saint-Père-en-Retz (Loire-Atlantique), Thibaut Coutansais souhaite ouvrir un surf park. “Il y aurait ici le bassin, là-bas les vestiaires et la surf académie, un bar et un restaurant”, raconte le promoteur, dont l’investissement global serait de 15 millions d’euros. Mais le projet ne fait pas l’unanimité, jugé trop dispendieux par les associations et collectifs écologistes. “A dix kilomètres des côtes, on trouve un spot de surf prisé. On interdit aux gens et aux agriculteurs, en plein été, d’arroser leurs plantes ou leurs légumes, et on se lancerait dans ce projet, qui consommerait des dizaines de millions d’eau potable par an?”, s’étonne Yoann Morice, du collectif Terres communes.

“Le risque d’une ZAD”

Pourtant, dans la commune, les habitants voient le projet d’un œil plutôt favorable. “Je viens d’investir sur 20 ans, ce n’est pas pour voir une ZAD se constituer”, estime cet habitant. “Cela pourrait créer 15 emplois, dynamiser la commune”, affirme encore une jeune femme. Si les associations espèrent faire annuler le permis de construire qui prévoit des travaux à partir de 2020, l'investisseur, lui, doit accélérer : il espère que le site permettra aux surfeurs de s’entraîner dans l’optique des JO de 2024.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le surfeur français Antoine Delpero à Biarritz pour les mondiaux de longboard 2019. 
Le surfeur français Antoine Delpero à Biarritz pour les mondiaux de longboard 2019.  (OLIVIER MORIN / AFP)