Ségolène Royal s'excuse après avoir appelé au boycott du Nutella

La ministre de l'Ecologie s'est dit, mercredi, "d'accord pour mettre en valeur les progrès" réalisés par la marque de pâte à tartiner en matière de recours à l'huile de palme.

La ministre de l\'Ecologie, Ségolène Royal, présente des mesures contre la pollution de l\'air, le 2 juin 2015.
La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, présente des mesures contre la pollution de l'air, le 2 juin 2015. (NICOLAS MESSYASZ / SIPA)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le mea culpa est intervenu à l'heure du goûter. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a adressé ses "excuses", mercredi 17 juin, moins de quarante-huit heures après avoir dit qu'il fallait "arrêter de manger du Nutella". Elle s'est dit "d'accord pour mettre en valeur les progrès" réalisés par la marque de pâte à tartiner en matière de recours à l'huile de palme.

Le groupe Ferrero avait réagi, mardi, en affirmant avoir "pris de nombreux engagements notamment concernant son approvisionnement en huile de palme". Il avait souligné que "la culture du palmier à huile [pouvait] aller de pair avec le respect de l'environnement et des populations".

Des "dégâts considérables" liés à l'huile de palme

L'appel au boycott avait été lancé, lundi soir, sur le plateau du "Petit Journal" de Canal+. "Il faut replanter massivement des arbres, parce qu'il y a eu une déforestation massive qui entraîne aussi du réchauffement climatique. Il faut arrêter de manger du Nutella, par exemple, parce que c'est de l'huile de palme", avait déclaré la ministre. "Il faut qu'ils utilisent d'autres matières premières", avait-elle souligné, évoquant les "dégâts considérables" causés par les besoins en huile de palme.