Réchauffement climatique : "Nous sommes dans une progression sans équivoque"

2.000 scientifiques d'une centaine de pays se sont réunis à Paris pour faire le point sur les dernières données sur le climat. Leur constat est sans appel : il n'y a pas de pause dans la montée des températures comme certains le pensaient. 2015 est, pour eux, une année capitale pour enrayer les émissions de gaz à effet de serre.

("Il faut aller vers un nouveau mode de développement sobre en carbone," prévient le climatologue Jean Jouzel © MaxPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est le plus grand forum scientifique sur le climat. Organisé avant la COP21, il a réuni à Paris 2.000 experts internationaux, du 7 au 10 juillet, afin de discuter des moyens à mettre en oeuvre pour lutter contre le réchauffement climatique. Car il est urgent de limiter notre pollution si l'on veut éviter la montée de la température moyenne du globe au-delà de 2°C d'ici 2100, chiffre décidé lors de la conférence climat de Copenhague de 2009. Actuellement, si nous ne faisons rien, il faut en fait s'attendre à un climat de 4°C de plus, préviennent les scientifiques réunis à Paris.

Pour éviter d'atteindre cette hausse, nous ne devons pas envoyer dans l'atmosphère plus de 900 milliards de tonnes de CO2, un chiffre qui sera atteint d’ici 20 ans si nous poursuivons à notre rythme actuel. Les derniers constats scientifiques montrent que les effets du changement climatique sont déjà présents : vagues de chaleur, les inondations et fonte des glaces. 

Les scientifiques rappellent qu'il faut réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 40% à 70% d'ici 2050, si nous voulons arriver à zéro émission en 2100. C'est encore possible si nous mettons un prix au carbone, si nous investissons dans des transports, des villes propres. Cela ne représente qu'une petite part des milliards que nous allons consacrer dans nos futurs investissements d'infrastructures. Les scientifiques reconnaissent que les changements seront plus faciles à faire pour la production d'énergie, les voitures ou l'efficacité énergétique, mais qu’ils seront plus compliqués dans l'aviation, les transports routiers et maritimes.

Des changements flagrants

"Nous sommes dans une progression du réchauffement sans équivoque et nous verrons si 2015 bat le record de 2014 ", explique Jean Jouzel, climatologue, vice-président du Giec. Au-delà de la hausse des températures, de l’élévation du niveau de la mer et de la fonte de glaces, il a été constaté que certaines espèces animales changeaient leur mode de vie. "Les zones climatiques se déplacent de quelques kilomètres par décennie et cela va s’accélérer. On a observé un changement chez les requins, mais aussi une modification de la date des migrations. Les cultures suivent aussi le changement des saisons ", constate Jean Jouzel.

"Il faut aller vers un nouveau mode de développement sobre en carbone, qui demande une mobilisation de tous ", avertit Jean Jouzel. "Il faut aussi penser en terme de développement des pays pauvres et cela doit aller de pair avec la lutte contre le réchauffement climatique. "

"Il faut aller vers un mode sobre en carbone," estime Jean Jouzel
--'--
--'--
 

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.