Cet article date de plus d'un an.

Quand de simples citoyens se transforment en opérateurs d’éoliennes

Deux cents projets citoyens de production d’énergie sont en cours de montage en France. Au regard de la production nationale, c’est très minoritaire, mais c’est l’une des recommandations de la Convention citoyenne que l’État va suivre. Reportage dans le Maine-et-Loire où cinq éoliennes citoyennes ot commencé à produire depuis quelque mois.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des éoliennes installées par l’association citoyenne "À tous vents" à Chemillé-en-Anjou, près d’Angers. (GREGOIRE LECALOT / RADIOFRANCE)

Rien ne distingue à première vue ces cinq éoliennes blanches plantées au bord d’une autoroute des milliers d’autres qui jalonnent la France. Elles se dorent tranquillement les pâles sous le doux soleil d’Anjou. "Aujourd’hui, exceptionnellement elles ne tournent pas parce qu’il y a quelques jours dans l’année où il y a maintenance", explique François Girard, agriculteur de son métier et président de l’association Atout Vent, l’association citoyenne propriétaire de ces cinq éoliennes qui ont été mises en service il y a quelques mois.  

2,5 millions d'euros collectés par 370 personnes

Atout Vent a "été créée en 2011 avec un groupe de 25 personnes environ, précise l’agriculteur. L’objectif c’est étudier la faisabilité d’une acquisition des projets éoliens par les habitants du territoire de façon à ce qu’on puisse entraîner tous ceux qui le souhaitent, le maximum de gens, dans cette aventure de production d’énergie renouvelable et puis que, si demain il y a des retombées économiques, elles restent sur le territoire plutôt qu’elles s’en aillent chez des industriels qui n’ont rien à voir avec notre territoire."

Grâce à une collecte, l’association a réuni 370 personnes des environs qui ont apporté 2,5 millions d’euros. Ils sont aujourd’hui actionnaires de la société créée pour l’occasion et comptent toucher des dividendes. Des partenaires, notamment les collectivités locales, ont abondé pour un investissement total de 26 millions d’euros. Un projet complexe, difficile à mener face à des industriels méfiants mais dont le résultats vaut la peine pour Stéphane Bouju, vice-président de l’association.

"Si les citoyens s’emparent de ces histoires-là, on franchit un cap sur la connaissance de toutes les problématiques liées aux enjeux climatiques parce que, quand on s’intéresse à la production parce qu’on y a investi de l’argent, eh bien on s’intéresse à notre consommation, à notre manière de consommer finalement."

Stéphane Bouju, vice-président de l’association Atout Vent

à franceinfo

Encouragé par la Convention citoyenne sur le climat, le montage d’un tel projet est aussi un parcours du combattant administratif. La ministre de l’Écologie Barbara Pompili, venue visiter lundi 25 janvier ces éoliennes angevines, promet des incitations : "On a déjà commencé par des simplifications administratives. On va encourager dans la nouvelle loi Climat-Résilience le développement de ce genre de projets. Il peut y avoir des leviers évidemment fiscaux, des leviers d’appels d’offres. Un exemple : quand il y aura des projets citoyens, ces projets seront mieux notés pour avoir plus facilement accès au marché." L’association Atout Vent veut faire en sorte de diffuser son expérience au plus grand nombre. D’autres territoires autour d’Angers l’ont déjà sollicitée.

Gregoire Lecalot a suivi la visite de la ministre Barbara Pompili dans le Maine-et-Loire où cinq éoliennes citoyennes ont commencé à produire depuis quelques mois.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.