Cet article date de plus de quatre ans.

Publicité sur les trottoirs : Nantes refuse de participer à l'expérimentation

La municipalité estime que ce projet "conduirait à une pollution visuelle" et irait à l'encontre de la volonté de Nantes (Loire-Atlantique) de "valoriser les atouts patrimoniaux et environnementaux de son centre-ville". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une publicité sur un trottoir à Paris, le 21 avril 2017.  (MAXPPP)

La ville de Nantes (Loire-Atlantique) dit finalement non au projet de publicités éphémères sur ses trottoirs, jeudi 28 décembre. Dans un communiqué, la municipalité estime que cette expérimentation "conduirait à une pollution visuelle", en contradiction avec la volonté de Nantes de "valoriser les atouts patrimoniaux et environnementaux de son centre-ville". 

Depuis lundi, les villes de Bordeaux (Gironde), Lyon (Rhône) et Nantes ont la possibilité de tester des marquages publicitaires éphémères sur les trottoirs. Jusqu'ici, ces publicités étaient interdites par le code de la route et le code de l'environnement. Ces marquages, réalisés par projection ou application, à travers un pochoir, d'eau ou de peintures biodégradables, ne pourront pas rester plus de dix jours sur les trottoirs. Ils ne devront également pas excéder 2,50 m2 et devront être espacés d'au moins 80 mètres.

"L'espace public ne doit pas souffrir d'un excès de marchandisation de ses surfaces, qui verrait les publicités au sol se multiplier", a réagi la ville de Nantes, justifiant sa non-participation au projet. Il s'agit d'une pollution visuelle inutile, qui nuirait à la sécurité et la cohérence des messages transmis par la signalétique routière, la signalétique touristique et des liaisons douces, ou les indications pour repérer les transports en commun", poursuit le communiqué de la ville.

Un mécontentement partagé

La municipalité PS prévoit au contraire "une réduction de la densité des panneaux sur l'espace public : -12% pour les 2 m2, -14% pour les 8 m2". La ville de Nantes précise qu'elle "souhaite s'en tenir aux codes de la route et de l'environnement et refusera toute demande de marquage au sol". Elle annonce ainsi qu'"elle va adresser un courrier en ce sens aux ministères concernés".

Nantes n'est pas la seule à exprimer un certain mécontentement face au projet. Bordeaux avait été la première a réagir mardi, déplorant dans un communiqué que '"les élus et administrations de la Ville de Bordeaux et de Bordeaux Métropole n'ont, à aucun moment, été consultés ou informés en amont de cette décision".

La municipalité dirigée par Alain Juppé (LR) rappelait avoir "régulièrement opposé un refus à des demandes de ce type émanant d'annonceurs ou de commerçants", les qualifiant de "pollution visuelle inutile"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.