Pourfendeur de Greta Thunberg, intellectuel "optimiste" et "provocateur" : qui est Laurent Alexandre, invité à la "Convention de la droite" ?

Le médiatique millionnaire s'est fait connaître grâce à ses livres sur l'intelligence artificielle, sans être un chercheur dans le domaine. Désormais, il s'acharne contre Greta Thunberg et les collapsologues, qu'il traite de "khmers verts".

Laurent Alexandre, cofondateur de Doctissimo, lors d\'un meeting, à Paris, le 9 novembre 2015
Laurent Alexandre, cofondateur de Doctissimo, lors d'un meeting, à Paris, le 9 novembre 2015 (LIONEL BONAVENTURE / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Au téléphone, Laurent Alexandre part au quart de tour. "Les parents de Greta Thunberg sont des salauds. Sa prestation à l'ONU était terriblement flippante d'un point de vue psychiatrique", souffle le cofondateur du site doctissimo.fr, auteur d'ouvrages sur les conséquences de l'intelligence artificielle (IA) qui participe, samedi 28 septembre à Paris, à la "Convention de la droite", organisée par des proches de Marion Maréchal, après avoir animé une conférence à l'université d'été du Rassemblement national

Au lendemain du discours de l'adolescente de 16 ans aux Nations unies, ce fils de dentistes parisiens est particulièrement remonté. Il multiplie les tweets et est également intervenu à la télévision pour livrer son point de vue sur celle qu'il surnomme "sainte Greta" ou encore "la déesse de la religion collapsologique".

"Intellectuel optimiste" contre collapsologues

La jeune Suédoise tient un "discours apocalyptique démoralisant", qui "révulse" profondément cet "intellectuel optimiste". Mais pour le médiatique millionnaire, qui se revendique anti-Greta Thunberg (jusque dans sa présentation sur Twitter), il y a pire. "Derrière ce discours, il n'y a pas l'amour des petits oiseaux, il y a la fin de l'économie moderne, estime ce farouche libéral, jugeant le programme des jeunes qui marchent pour le climat "chaveziste", "anti-progrès, liberticide, malthusien, suicidaire". Toutefois, il assure ne pas douter du consensus scientifique sur le dérèglement climatique.

Je n'ai jamais été climatosceptique. Je suis convaincu que l'on est en phase de réchauffement.Laurent Alexandre, homme d'affaires, auteur et essayisteà franceinfo

Selon Laurent Alexandre, qui n'a aucune expertise particulière en climatologie, "on ne combat pas comme il faudrait le problème climatique" et certaines solutions résident dans le développement des nouvelles technologies. Il le martèle dans ses tribunes à L'Express, dans le très droitier magazine Valeurs actuelles, lors de ses nombreuses conférences ou innombrables interviews. Ce point de vue technophile, il le défend et le partage également au sein du think tank "The Digital New Deal" présidé par son camarade de l'ENA et ami de trente ans, Olivier Sichel.

Un adepte de la provocation

L'actuel directeur général adjoint de la Caisse des dépôts se souvient que Laurent Alexandre "dénotait" à l'Ecole nationale d'administration, entre 1992 et 1994. "Il était chirurgien, il avait fait HEC et il était plus âgé que nous", détaille-t-il.

Il était très libre dans ses propos et ses attitudes, dans l'environnement très conformiste qu'est l'ENA.Olivier Sichel, ami de Laurent Alexandreà franceinfo

Cette liberté de parole se traduit par des propos volontiers piquants. "Il a toujours été provocateur", se souvient Claude Malhuret. L'ancien ministre, actuel sénateur de l'Allier, a fondé le site doctissimo.fr avec Laurent Alexandre, en 2000, après l'avoir rencontré dans l'entourage d'Alain Madelin pendant les années 1990. "Il est dans la provocation parce qu'il a de l'humour et qu'il aime charrier les gens", tente d'expliquer David Angevin, ancien­ journaliste de Rock & Folk et de Télérama, qui a cosigné avec Laurent Alexandre les livres Google Démocratie (2011, éd. Naïve) et L'homme qui en savait trop (2015, éd. Robert Laffont).

Une provocation théorisée même. Comme l'a rapporté Vanity Fair en 2018, il a développé sa stratégie auprès de l'un de ses amis en ces termes : "Les réseaux sociaux, c'est simple, tu publies deux ou trois trucs clivants par jour et au bout de deux ans, tu as minimum 30 000 abonnés."

Sauf que pour Laurent Alexandre, cette ligne provocatrice ne se limite pas aux réseaux sociaux et se retrouve dans ses écrits. "L'écologie politique saborde la civilisation occidentale", "le véganisme détruirait la France", "un ouvrier de 2019 vit mieux que Louis XIV", "encourageons les femmes douées à avoir plus d'enfants"... Les tribunes qu'il écrit pour L'Express font bondir les lecteurs, les internautes et au sein de la rédaction de l'hebdomadaire. "Depuis deux ans, la SDJ de L'Express s'est indignée à plusieurs reprises auprès de la direction de la rédaction du contenu des chroniques de Laurent Alexandre. Nous avons même clairement posé la question de la pertinence de sa présence dans le journal", a-t-elle indiqué à franceinfo.

Un "libéral de centre gauche" qui
"parle avec tout le monde"

Cette liberté de parole s'accompagne d'une liberté dans les lieux choisis par Laurent Alexandre pour s'exprimer. "Il se trouve conjoncturellement que je suis allé pas mal à droite mais je peux aller dans plein d'enceintes différentes. Je vais très régulièrement dans des loges maçonniques très à gauche", sourit l'intéressé. Concrètement, Laurent Alexandre se dit "extrêmement éloigné des extrêmes", "libéral", "schumpéterien en économie" et "macroniste".

Je crois en la libre entreprise, au libre-échangisme, ce qui m'oppose totalement au Rassemblement national. Mon positionnement sociétal est de gauche. Donc globalement, je suis du centre gauche.Laurent Alexandre, homme d'affaires, auteur et essayisteà franceinfo

"J'ai beaucoup choqué les gens du RN, comme à chaque fois que je parle à des gens de droite", affirme-t-il à propos de l'université d'été du parti présidé par Marine Le Pen, à Fréjus. Mais il omet de mentionner qu'il avait une nouvelle fois salué l'intérêt de Marine Le Pen pour l'intelligence artificielle et qu'il avait fait rire l'assistance à de nombreuses reprises, avec notamment des sorties scabreuses.

"Libéral en économie, libéral sur les mœurs, je suis pour la liberté. On couche avec qui on veut, on fait des enfants avec qui on veut, on compose les familles que l'on veut", lance l'homme d’affaires ouvertement pro-PMA, qui s'est exprimé à plusieurs reprises lors d'événements de La Manif pour tous. Le dernier débat en date, le 23 septembre, avec la philosophe Bérénice Levet montrait des désaccords profonds.

"Le débat a été vif et constructif mais il est important pour nous de discuter avec des personnes qui ne partagent pas nos idées. Cela fait vivre la démocratie", se félicite Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour tous.

"Il aime bien se confronter, confirme Olivier Sichel. Aller discuter avec Marion Maréchal, en France, en 2019, ce n'est pas neutre. Il en a totalement conscience mais c'est une notion dont il s'est totalement affranchi." Après avoir revendu Doctissimo au groupe Lagardère en 2008 pour quelque 140 millions d'euros, Laurent Alexandre s'est mis à l'abri du besoin. "Il jouit d'une grande liberté : il ne veut pas se présenter à des élections, il est suffisamment riche pour être au-dessus du jeu politique, ne pas avoir de comptes à rendre, ni à des actionnaires, ni à des clients, ni à un conseil d'administration", expose Olivier Sichel.

Spécialiste artificiel de l'intelligence artificielle ?

Mais pourquoi Laurent Alexandre s'évertue-t-il à courir de plateau en plateau, à aligner les tribunes ? "Il est en mission. En mission pour l'intérêt général, pour alerter le grand public et les politiques sur le tsunami numérique qui guette la France et l'Europe, prises au milieu d'une guerre technologique entre les Américains et les Chinois", croit savoir David Angevin.

A l'origine, Laurent Alexandre est invité pour avoir écrit des livres comme La Guerre des intelligences (2017) ou encore La Mort de la mort (2011), auréolé d'une étiquette de "spécialiste de l'intelligence artificielle". Un titre vivement contesté par Sébastien Konieczny, directeur de recherche au CNRS en Intelligence artificielle. "Pour être scientifique, il faut faire de la recherche. Ce n'est pas le cas. Et pour être spécialiste de l'intelligence artificielle, il faut en faire pour en connaître réellement les possibilités et les limites", juge-t-il. "Il n'a aucune compétence scientifique pour aller analyser les publications d'origine", abonde Claude Touzet, maître de Conférences au laboratoire Neurosciences sensorielles et cognitives, qui ne mâche pas ses mots.

Il n'a pas compris ce qu'était l'intelligence.Claude Touzet, maître de conférences en sciences cognitivesà franceinfo

L'omniprésence de Laurent Alexandre sur le thème de l'IA courrouce les chercheurs. "Ce qui m'inquiète, c'est qu'il y a deux ans, il a été auditionné au Sénat en tant que spécialiste de l'IA", souligne-t-il. La vidéo avait fait un tabac sur Facebook, enregistrant plus d'un million de vues.

Sur nombre de points essentiels, et de ses prédictions, Laurent Alexandre est dans le faux, selon les chercheurs contactés par franceinfo. Par exemple, il est obsédé par le QI et affirme qu'il prédit le niveau de revenus. "Je connais des gens qui passent leurs journées à cultiver la terre, qui ont à la fin du mois un revenu qui ne dépasse pas le smic et qui sont parmi les gens les plus intelligents que j'aie rencontrés", rétorque Claude Touzet. "Le test de QI mesure simplement le fait que vous ayez une éducation scolaire et que vous ayez été un bon élève", remarque-t-il.

Laurent Alexandre, également président de DNAVision, entreprise spécialisée dans le séquençage ADN, est accusé d'être hâtif sur d'autres sujets, comme lorsqu'il affirme que l'homme vivra 1 000 ans, embrassant certaines visions transhumanistes. "Il n'y a aucun fondement. C'est très excessif", commente Jean-Gabriel Ganascia. Et lorsqu'il affirme que l'IA remplacera un jour les radiologues, les avocats ou encore les comptables, Sébastien Konieczny s'insurge : "L'intelligence artificielle sera un nouvel outil formidable pour ces métiers et permettra d'aller plus vite. Mais elle ne remplacera pas les humains. Si les médecins réalisent des diagnostics plus rapidement grâce à l'IA, ils auront plus de temps pour essayer de voir la problématique et le patient dans son ensemble, pour mieux expliquer et pour mieux conseiller."

Globalement, ce directeur de recherche au CNRS estime que Laurent Alexandre "mélange assez vite un peu tout". "Il a une formation d'urologue, mais il est spécialiste des neurosciences, et maintenant il est spécialiste du climat…", grince-t-il.

Les encyclopédistes, c'est fini depuis le XIXe siècle. C'est impossible d'être spécialiste dans tous les domaines de la connaissance.Sébastien Konieczny, directeur de recherche au CNRS en Intelligence artificielleà franceinfo

Face à cela, Laurent Alexandre fait valoir qu'"il faut des experts transversaux". "Je n'ai jamais prétendu être un développeur d'intelligence artificielle, se défend le "prospectiviste".

Je prétends avoir été le premier à voir les enjeux sociétaux et géopolitiques de l'IA et le premier à parler de la montée en puissance des Gafa.Laurent Alexandreà franceinfo

"Il y a dix ans, les gens n'imaginaient pas du tout ce qui allait se passer, et quand j'en parlais, on ricanait", s'énerve-t-il. Sur ce point, les spécialistes interrogés par franceinfo s'accordent à dire que Laurent Alexandre a effectivement contribué à attirer l'attention des scientifiques, des politiques et du grand public sur les impacts de l'IA.

Sauf qu'aujourd'hui, Laurent Alexandre n'est plus le seul à s'y intéresser. Ces dernières années, près d'une centaine d'articles sur l'IA et ses conséquences à la fois éthiques et économiques ont été publiés. En France, des laboratoires et des groupes de recherche sur ces questions fleurissent. Peut-être est-il temps de laisser la parole à d'autres spécialistes.