Cet article date de plus de sept ans.

Pour leur 33e collecte, les banques alimentaires se passent de sacs plastiques

Alors que débute vendredi la 33e collecte des banques alimentaires, l'association innove en n'utilisant plus ses traditionnels sacs plastique. Des solutions ont déjà été imaginées pour remplacer les emballages polluants.

Article rédigé par Sophie Auvigne, franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La 33e collecte des Banques alimentaires débute ce vendredi (MYCHELE DANIAU / AFP)

Impossible de ne pas les voir quand on fait les courses : pour la 33e fois, à partir du vendredi 25 novembre, les banques alimentaires organisent leur grande collecte nationale. Jusqu'à samedi soir, les bénévoles en gilet orange sont répartis dans 9 000 commerces. L'association compte comme chaque année sur la générosité des clients... mais avec une préoccupation supplémentaire : la planète. Terminés, les fameux sacs plastiques, dont elle se servait pour recueillir les dons. Cette année, bénévoles et donateurs vont devoir s'en passer.

Une banque sur trois se passait déjà des sacs l'an dernier

"C'est un défi évidemment, explique le président des banques alimentaires, Jacques Bailet. Soit il y aura des cartons à côté de la caisse, afin de permettre aux gens de donner directement. Soit nous distribuerons à l'entrée des magasins des autocollants, afin de permettre à chacun d'identifier le produit. C'est un problème de logistique, puisque  certaines banques prenaient directement les sacs pour les mettre dans les camions. Là, il va y avoir un petit changement dans les habitudes. Mais l'année dernière, déjà, une banque sur trois n'avait pas recours aux sacs."

Cette collecte nationale pèse très lourd. Pour les banques alimentaires, elle représente 12% des ressources d'une année avec 12 000 tonnes de produits récupérés l'an dernier. On connaît déjà les besoins spécifiques de l'hiver à venir : des conserves de viandes, de poissons et de haricots verts, de l'huile, du café, du chocolat et des soupes en sachets.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.