Pollution des navires de croisière : Marseille "est la poubelle de la France", dénonce la sénatrice Samia Ghali

Selon l'élue des Bouches-du-Rhône, "ce sont les Marseillais et leurs enfants qui subissent les nuisances".

Le port de Marseille.
Le port de Marseille. (CLEMENT MAHOUDEAU / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Selon une étude de l'ONG Transport & Environnement, les côtes européennes sont asphyxiées par les navires de croisière. La sénatrice socialiste des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali, a dénoncé mercredi 5 juin sur franceinfo le "deux poids deux mesures" entre les Français incités à ne plus rouler au diesel et les croisiéristes qu’on laisse polluer sans aucune "contrainte". À Marseille, "on est la poubelle de la France en réalité", a-t-elle ajouté.

La sénatrice a rappelé le sentiment d'injustice qui était à l'origine du mouvement des "gilets jaunes" : "On ne peut pas dire aux Français 'vous n'allez plus conduire au diesel parce que ça pollue' et laisser de l'autre côté des bateaux venir polluer plus que des véhicules. Ce n'est pas possible. Il faut comprendre aussi ce qui s'est passé avec les "gilets jaunes". Les Français n'acceptent plus le deux poids deux mesures", a-t-elle affirmé.

Comment le gouvernement-il peut laisser les choses se faire de cette façon-là ?Samia Ghalià franceinfo

La sénatrice n'accepte pas non plus qu'il y ait une différence de législation entre la Méditerranée et la mer du Nord ou la Manche, où la législation est plus restrictive. À Marseille, "les croisiéristes viennent et ils polluent. Il n'y a aucune contrainte qui leur est imposée, aucune. Ni l'électrification des quais, rien du tout. Finalement, ce sont les Marseillais et leurs enfants qui subissent les nuisances", a-t-elle dénoncé.

"Il faut savoir que cela pollue plus que le nombre de véhicules qu'on peut avoir. Quatre bateaux de croisière, qui utilisent du fioul, c'est l'équivalent d'un million de véhicules", a-t-elle expliqué.