Zones antipesticides : les agriculteurs calculent leurs pertes éventuelles

Le gouvernement a lancé une consultation citoyenne, lundi 9 septembre, pour connaître l'avis des Français quant à la distance minimale à respecter entre les champs traités aux pesticides et les habitations. 5 m, 10 m ? Les Français ont trois semaines pour se prononcer. Mais qu'en pensent les agriculteurs ?

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À Saint-Étienne-la-Varenne (Rhône), dans le Beaujolais, les maisons sont au milieu des vignes. Si l'épandage de pesticides était interdit près des habitations, cela pourrait avoir des conséquences. David Rastigner, porte-parole des viticulteurs, est inquiet. Un demi-hectare de ses vignes pourrait être concerné. Selon lui, la production de vin est impossible sans traitement. Il estime sa perte éventuelle à 3 000 bouteilles par an, soit environ 18 000 euros. Pourtant, les habitants aimeraient des règles plus strictes, car ils redoutent les pesticides.

De nouvelles règles d'épandage connues en janvier prochain

Dans le Nord, les champs d'un agriculteur jouxtent des habitations. Ici, il n'aurait plus le droit de traiter dans une zone de 5 m. Cela concernerait un peu moins d'un demi-hectare de terrain. Les voisins, eux, veulent continuer à vivre en bonne intelligence avec les agriculteurs, même s'ils redoutent les effets des pesticides. Des règles d'épandage des pesticides devraient rentrer en vigueur en janvier prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Épandage près d\'habitations dans le sud de la France.
Épandage près d'habitations dans le sud de la France. (REMY GABALDA / AFP)