Pesticides : de grandes villes rejoignent la contestation

Les opposants aux pesticides ont trouvé de nouveaux alliés chez les élus locaux. Les maires de cinq grandes villes, dont Paris, interdisent les produits chimiques sur leurs territoires. 

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Grenoble (Isère), Lille (Nord), Nantes (Loire-Atlantique) et Paris... Ces cinq grandes villes ont pris une décision radicale : plus aucun pesticide sur leur territoire. Une décision bien accueillie par les Parisiens croisés jeudi 12 septembre. La SNCF, grande utilisatrice de glyphosate pour désherber ses voies devra s'adapter. Les jardiniers des co-propriétés vont également devoir s'adapter. À Paris, hors SNCF, cela représente environ 5,7% de la superficie.

Une décision symbolique, en soutien aux communes rurales

Pour le reste, pas de changements. Car, dans l'espace public, les pesticides sont interdits depuis 2017. Un simple effet d'annonce selon la ministre le Transition écologique, qui a publié un tweet ironique : "merci à ces cinq communes : depuis le 1er janvier 2017, l'utilisation des pesticides est déjà interdite dans les espaces publics #coupdecom." Un coup de communication assumée selon ces cinq villes avec la cinquantaine de communes rurales qui ont pris des arrêtés anti-pesticides.


Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur traite ses champs, à Villefranche-de-Lauragais (Haute-Garonne), le 17 avril 2018. 
Un agriculteur traite ses champs, à Villefranche-de-Lauragais (Haute-Garonne), le 17 avril 2018.  (REMY GABALDA / AFP)