Un Bricomarché présente ses excuses après avoir incité ses clients à faire des stocks de Roundup

Une affichette apposée sur une étagère de désherbants au rayon jardinage incitait à acheter l'herbicide, dont le principe actif est le glyphosate, et qui sera interdit à la vente à partir du 1er janvier 2019.

Des bouteilles de Roundup, le 15 juin 2015 dans un magasin de Lille (Nord).
Des bouteilles de Roundup, le 15 juin 2015 dans un magasin de Lille (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'enseigne proposait de faire un stock de Roundup. Un magasin Bricomarché de Carhaix (Finistère) a présenté ses excuses à ses clients, à qui il avait proposé un déstockage de l'herbicide, dont le principe actif est le glyphosate. "Nous avons bien pris en compte le mécontentement de nos clients concernant notre tête de gondole sur les produits phytosanitaires. Nous tenons à nous excuser de notre maladresse", écrit le magasin sur sa page Facebook, vendredi 12 octobre.

"Il s'agit d'une erreur humaine et non d'une provocation de notre part, ni [d'une volonté] de faire le buzz. Nous allons proposer de ce fait des produits en adéquation avec les cultures biologiques", précise le magasin, qui ajoute avoir retiré sa tête de gondole ainsi que l'affiche l'accompagnant.

"Déstockage avant interdiction à la vente"

En cause, une affichette apposée sur une étagère de désherbants au rayon jardinage sur laquelle on pouvait lire : "Déstockage avant interdiction à la vente 31/12/18. Faites votre stock !!!!!"  Un client a pris une photo et l'a postée sur sa page Facebook jeudi, relate France Bleu Breizh Izel, qui précise qu'en moins de 24 heures, la photo avait été partagée près de 600 fois.

En France, l'utilisation du glyphosate, substance active de nombreux herbicides soupçonnée d'être cancérigène, est déjà interdite aux collectivités dans les espaces ouverts au public depuis le 1er janvier 2017. Son utilisation sera interdite pour les particuliers à partir du 1er janvier 2019.