Le Parlement européen se prononce en faveur de la fin du glyphosate en Europe d'ici 2022

Les élus européens n'ont fait que donner un avis à la veille du vote qui compte, celui des Etats membres, sur le renouvellement de l'autorisation de cet herbicide controversé.

Le Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin), le 13 septembre 2017.
Le Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin), le 13 septembre 2017. (CHRISTIAN HARTMANN / REUTERS)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le Parlement européen met la pression au sujet du glyphosate. Il a voté, mardi 24 octobre, une résolution en faveur d'une élimination progressive de ce pesticide contesté d'ici à la fin 2022. Cette résolution n'aura pas d'effet concret : elle n'est que l'expression d'un avis, à la veille du vote des Etats membres sur le renouvellement de la licence qui permet de commercialiser le glyphosate dans l'Union européenne.

Les eurodéputés jugent notamment que le projet de la Commission "ne permet pas de garantir un niveau élevé de protection de la santé humaine et animale et de l'environnement", et "n'applique pas le principe de précaution". La résolution a été votée à 355 voix pour et 204 contre,et 111 abstentions.

En revanche, les élus n'ont pas tout à fait suivi l'avis de la commission Environnement et Santé du Parlement, qui avait plaidé pour un délai encore plus réduit, de trois ans, pour se débarrasser progressivement du glyphosate.

La France demande un délai limité à trois ans

Le Centre international de recherche sur le cancer, un organisme de l'OMS, a classé le glyphosate comme "cancérogène probable" en 2015. Mais ce n'est pas le cas de deux agences européennes, l'Efsa (sécurité des aliments) et l'Echa (produits chimiques).

C'est sur elles que la Commission s'est appuyée pour proposer un renouvellement pour dix ans de l'autorisation du glyphosate. Un vote est attendu mercredi au sein du comité d'experts chargé du dossier, composés de représentants des Etats membres.

Plus de 1,3 million de citoyens ont signé une pétition adressée à la Commission pour demander l'interdiction de cet herbicide. La France a annoncé qu'elle voterait contre la proposition de la Commission européenne, Nicolas Hulot plaidant pour un renouvellement limité à trois ans.