Dimanche en politique, France 3

VIDEO. Européennes : "Il faut sortir du seul tête-à-tête avec Marine Le Pen", estime Nicolas Dupont-Aignan

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, était dimanche 3 juin l'invité de "Dimanche en politique" sur France 3.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Alors que le Front national a cédé sa place au Rassemblement national, Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout la France, compte-t-il répondre à la main tendue de Marine Le Pen pour faire liste commune en vue des élections européennes de 2019 ? Après trois jours de réflexion, il regrette que sa proposition ne soit "pas du tout à la hauteur de l'enjeu historique qui est devant nous" et dit "non à la cuisine politicienne".

Il explique qu'une fois qu'un projet de fond aura été formulé avec Les Amoureux de la France, sa plateforme participative, il en fera part à Marine Le Pen et Laurent Wauquiez. "Nous gagnerons demain que si nous sortons du seul tête-à-tête avec Marine Le Pen", "positif", mais "pas suffisant".

"L'Europe ne défend pas les intérêts des Européens"

Nicolas Dupont-Aignan fustige la réaction de la France et de l'Union européenne après l'entrée en vigueur des taxes américaines sur l'acier et l'aluminium. "C'est une guerre commerciale, mais le président de la République ne répond pas et se couche. L'Europe ne défend pas les intérêts des Européens", dénonce-t-il. "On ne peut continuer à voir notre pays humilié de cette façon". Il dit en revanche comprendre la décision de Donald Trump, qui "défend les Américains", mais "il faut mettre des limites avec les Américains, ils ne connaissent que cela". 

Le président de Debout la France revient également sur les propos du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, selon qui les migrants faisaient du "benchmarking pour regarder les législations à travers l'Europe qui sont les plus faibles". "Il a raison", lâche-t-il, regrettant que la politique française vis-à-vis de la crise migratoire "crée des ghettos". Pour ce qui concerne Mamoudou Gassama, Nicolas Dupont-Aignan se réjouit "qu'il y ait des gestes héroïques quels que soient les couleurs, les religions, mais Emmanuel Macron en a fait trop, c'était démagogique". Il a également estimé aussi que donner un permis de séjour à Mamoudou Gassama aurait été suffisant.

Enfin, en ce qui concerne la non-interdiction du glyphosate, votée par les députés dans le cadre de la loi agriculture, Nicolas Dupont-Aignan raille Nicolas Hulot qui, "s'il avait un peu de courage", "aurait déjà démissionné". "Il ne sert à rien dans ce gouvernement, c'est un trophée de chasse", lâche celui selon qui il fallait inscrire dans la loi l'interdiction du pesticide.

Nicolas Dupont-Aignan à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), le 27 novembre 2017.
Nicolas Dupont-Aignan à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), le 27 novembre 2017. (MAXPPP)