Biodiversité : les eurodéputés au chevet des abeilles

Chaque hiver, 30% des colonies d'abeilles de l'Hexagone disparaissent. L'utilisation de certains pesticides est mise en cause. À une très large majorité, le Parlement européen a décidé, mercredi 23 octobre, de mieux évaluer les risques de toxicité de ces produits sur les abeilles.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un apiculteur profite des derniers rayons du soleil pour préparer ses ruches à l'hivernage. Les butineuses font leur dernier vol avant la saison froide. Confronté il y a quelques années à l'effondrement de ses colonies d'abeilles, Damien Babilon estime que la sauvegarde de la biodiversité est vitale. Devant le Parlement européen, récemment, un millier de manifestants ont réclamé des normes plus sévères en matière d'impact des pesticides sur les abeilles.

Les produits tueurs d'abeilles dans le viseur du Parlement

"Il y a maintenant suffisamment d'études qui attestent de la nocivité, de la toxicité de ces produits-là, même à des doses infinitésimales", explique Gilles Lanio, président de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf). Une demande largement relayée par les eurodéputés. 553 voix se sont prononcées en faveur d'un renforcement des tests de toxicité chronique chez les abeilles. Une avancée qui envoie un message clair à l'industrie chimique : à l'avenir, les produits tueurs d'abeilles seront mieux évalués et contrôlés.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Une abeille butine une fleur (illustration).
Une abeille butine une fleur (illustration). (FRED TANNEAU / AFP)