Alimentation : encore trop de pesticides dans les fruits et légumes

On détecte encore beaucoup trop de pesticides dans les fruits et légumes non bio, selon une enquête de l'association Générations Futures. Les cerises, le raisin et les clémentines sont les plus touchés, quand les asperges et les kiwis sont les plus épargnés.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Quelle que soit la quantité, vous êtes sûrs d'être servis en pesticides. Sur les 13 000 analyses réalisées par la répression des fraudes, les fruits et légumes non bio contiennent à coup sûr des résidus de produits chimiques. Les cerises sont les plus touchées : 89% présentent des traces de pesticides, suivies par les pêches, les fraises, le céleri et la laitue. Selon Générations Futures, l'association auteure de l'étude, il faudrait plutôt consommer des potimarrons, des avocats, des choux-fleurs et des asperges. Ces dernières sont très peu exposées aux produits phytosanitaires.

L'usage des pesticides en hausse de 12% entre 2009 et 2018

Ces informations, les consommateurs peinent à les avoir. Sur un marché, on se débrouille entre croyances et système D. "Il y en a partout, des pesticides. Il faut bien les rincer", pense une passante. "On m'a dit qu'il ne fallait pas prendre d'oranges", confie un homme. Entre 2009 et 2018, l'utilisation de produits chimiques a continué à progresser. La fréquence a augmenté de 12%. La prise de conscience des dangers des pesticides n'a pas bouleversé les pratiques agricoles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur français pulvérise du glyphosate, le 11 mai 2018.
Un agriculteur français pulvérise du glyphosate, le 11 mai 2018. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)