Mort de Cecil le lion : le chasseur devient chassé

Walter James Palmer, riche dentiste américain, est accusé d'avoir abattu illégalement Cecil, lion à la crinière noire, star du plus grand parc du Zimbabwe. Un acte de braconnage qui provoque la fureur des défenseurs des animaux.

(Cecil le lion à la crinière noire, star du Zimbabwe, a été tué par un dentiste américain, Walter James Palmer © MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

 Cecil, 13 ans, était le lion le plus populaire du Zimbabwe. Admiré pour sa belle crinière noire, il coulait des jours paisible dans le parc Hwange, le plus grand du pays. Sa mort, début juillet, a donc suscité un tollé et une traque pour retrouver le coupable. 

Ce chasseur a fini par être identifié : c'est un riche dentiste américain, Walter James Palmer, habitant du Minnesota, au nord des Etats Unis.  

 

 

"Je ne connaissais pas le statut de célébrité locale de Cecil"

Dans un communiqué publié mardi soir, Walter James Palmer a réagi pour la première fois : "Je regrette profondément que la poursuite d'une activité que j'aime et que je pratique avec responsabilité et dans la légalité se soit traduite par la mort de ce lion (...) dont je ne connaissais pas le statut de célébrité locale ."

Le dentiste, qui aurait reconnu en 2008 avoir braconné un ours noir dans le Wisconsin, a ajouté "qu'il faisait confiance à l'expertise des guides locaux professionnels afin de chasser dans un cadre légal "

Attaques sur les réseaux sociaux et mémorial improvisé 

Ses comptes Twitter et Facebook professionnels ont été fermés mardi après-midi après avoir été submergés par des attaques virulentes, et un mémorial improvisé a commencé à prendre forme devant la porte de son cabinet, plusieurs passants déposant des peluches et des fleurs en hommage au lion.

La police  ne confirme pas si James Palmer se trouve toujours sur le sol zimbabwéen.  Deux de ses complices doivent comparaître ce mercredi pour braconnage. Au Zimbabwe, la chasse n'est autorisée que dans les réserves privées et suivant certains quotas, mais pas dans les parcs nationaux comme Hwange, qui a accueilli 50.000 visiteurs, dont 23.000 étrangers, l'an dernier.

"Justice pour Cecil" 

Une pétition réclamant "justice pour Cecil " a déjà recueilli plus de 220 600 signatures. Adressée au président du Zimbabwe, Robert Mugabe, elle réclame l'arrêt de la délivrance de permis de chasse pour les espèces menacées . Selon l'ONG ZCTF, le lion Cecil aurait été attiré hors du parc avant d'être chassé grâce à une carcasse attachée à un véhicule, après avoir  été repéré de nuit à l'aide d'un spot lumineux.  Walter James Palmer aurait ensuite tiré sur Cecil à l'aide d'un arc, le blessant sans le tuer, avant de l'achever d'un coup de fusil après quarante heures de traque, selon l'ONG, ajoutant qu'il aurait payé 50.000 dollars à son intermédiaire. 

Les chasseurs ont tenté sans succès de dissimuler l'émetteur GPS installé sur le collier du lion dans le cadre d'un programme de recherche de l'université de Cambridge. Cecil a ensuite été dépecé et décapité.

"Le plus triste dans tout ça, maintenant que Cecil est mort, c'est que le lion suivant dans la hiérarchie, Jericho, va probablement tuer tous les petits de Cecil afin de placer sa propre progéniture auprès des femelles, comme le veulent les règles sociales normales parmi les lions ", a déploré l'ONG.