Cet article date de plus de neuf ans.

"Monsieur Fessenheim" n'est pas le bienvenu à la centrale

"Monsieur Fessenheim", Francis Rol-Tanguy, tout nouvel envoyé du gouvernement chargé de la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne, s'est vu refuser l'accès au site vendredi. Quelque 150 salariés mécontents lui ont barré la route en formant une chaîne humaine.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le délégué interministériel,
chargé de la fermeture et de la reconversion de Fessenheim, ne s'est pas fait
que des amis en Alsace. Francis Rol-Tanguy, fraîchement nommé par le
gouvernement
, va devoir attendre pour sa première visite des installations de
la plus ancienne centrale nucléaire de France.

Une première visite avortée

Le voyage sur
les bords du Rhin devait permettre une première prise de contact avec la
direction et les représentants du personnel. Ils devaient ensemble évoquer la
mise à l'arrêt, d'ici 2016, des deux réacteurs, comme promis par le président François
Hollande
.

Mais Francis Rol-Tanguy
n'a pas pu franchir la porte. Un comité d'accueil l'attendait à l'entrée du site. Des salariés et
des élus locaux hostiles à la fermeture ont formé une chaîne humaine et plusieurs dizaines d'entre eux ont repoussé le délégué du gouvernement.

"Le
personnel lui a signifié qu'il n'avait rien à faire ici, parce qu'on n'a pas
besoin de liquidateur" (Jean-Luc Cardoso, délégué CGT)

Le délégué interministériel
a finalement rebroussé chemin. "J'aurais préféré que le dialogue s'engage
ce vendredi, mais il s'engagera en janvier
", a réagi Francis Rol-Tanguy,
ajoutant qu'il comprenait "très bien la première réaction des salariés de
Fessenheim
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.