Marseille : des quotas de touristes dans les Calanques ?

La France aura accueilli plus de 90 millions de touristes en 2018. À ce rythme, l'objectif de 100 millions sera atteint d'ici deux ans, mais les infrastructures pourront-elles suivre ? Reportage dans les Calanques (Bouches-du-Rhône). 

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un paysage grandiose aux portes de la deuxième ville de France : les Calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône) attirent 3 millions de visiteurs chaque année. Une fréquentation qui ne cesse d'augmenter depuis 2012 et qui donne aux petits chemins des allures de grandes avenues. Dans ce parc national, il est déjà interdit de camper et, en mer, seulement une soixantaine de navires commerciaux sont autorisés à accéder au site. Mais sous les semelles des milliers de touristes quotidiens, la nature souffre quand même. "On va se retrouver avec les arbres qui meurent si ça continue et un sentier qui n'est pas du tout pratique", explique Alain Mante, garde moniteur du parc des Calanques.

Mieux répartir les touristes

Faut-il limiter le nombre de touristes dans les Calanques ? Le parc préfère tenter de mieux les répartir et réorganiser l'accès au site, avec des parkings de délestage et des navettes électriques pour éviter un afflux massif au même endroit. "On a des zones qui sont capables d'accepter une masse importante de touristes et d'autres qui le sont moins", explique Didier Réault, président du parc national des calanques. Le prix à payer pour absorber l'impact d'un tourisme de masse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bateau navigue dans le parc national des Calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 novembre 2017.
Un bateau navigue dans le parc national des Calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 novembre 2017. (BORIS HORVAT / AFP)