Les deux tiers des stocks de poissons de Méditerranée sont surexploités

Cette surexploitation concerne 96% des loups, saint-pierre, et dorades royales, 71% des anchois et sardines. C'est le constat alarmant fait par la commissaire européenne à la Pêche. Elle réunit ce lundi les ministres de la Pêche et leur propose plusieurs dispositions pour limiter cette hécatombe.

(Le bar ou loup est sur le liste des poissons surexploités © MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

 Au moins 96% des poissons de fonds comme le bar, le saint-pierre, la rascasse sont surexploités en Méditerranée. 71% des stocks d’anchois et de sardines le sont également. Même si le constat est encore plus grave en Mer noire, la Grande Bleue est le nouveau cheval de bataille de l’Union européenne. Maria Damanaki, la commissaire européenne à la pêche estime qu’il faudrait adopter des plans de régionaux de régulation de la pêche. Il s’agit de ramener les activités à des niveaux durables. En gros, laisser aux stocks de poissons le temps de reproduire par zone de pêche avant d’en prélever plus.

Pour preuve la politique de quota de pêche et de surveillance de l’Atlantique Nord a permis, selon la commissaire, de mettre un terme à la surpêche. Comme pour le thon rouge, la France, l’Espagne s’inquiètent d’une nouvelle casse sociale dans leurs pêcheries et elles rappellent qu’il sera délicat de faire respecter de la même façon une législation européenne dans tout le bassin méditerranéen. Alors que la moitié des pays ne sont pas membres de l’Union.

A LIRE ICI ►►► Le dernier rapport de la Commission européenne sur la surpêche

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.